Charline Van Snick en bronze à Tel Aviv: «Une médaille qui arrive au bon moment»

©IJF
©IJF

Charline Van Snick a débuté 2020 de la meilleure des manières en montant, ce jeudi, sur le podium des moins de 52 kg du Grand Prix de judo à Tel Aviv (Israël). Une médaille de bronze qui enclenche ainsi son compteur points aux classements mondial et surtout olympique, celui qui compte vers les Jeux de Tokyo où les dix – huit meilleur(e)s de chaque catégorie seront invités.

Bien à l’abri avec une onzième place actuelle – neuvième rang même quand on enlève deux des trois Japonaises devant elle – la Liégeoise gère à la perfection sa route vers le Nippon Budokan où elle a rendez-vous avec son histoire le 26 juillet prochain.

Souvent déçue au cours de l’exercice 2019 avec seulement deux breloques en bronze autour de son cou (Grand Chelem d’Ekaterimbourg en mars et Grand Prix de Zagreb en août) et une rageante septième place aux Mondiaux de… Tokyo sans oublier des éliminations beaucoup trop précoces aux Jeux européens de Minsk et au Masters en Chine après seulement… 14 secondes (!), elle a directement repris le chemin de la salle d’embarquement vers la capitale japonaise dans les meilleures dispositions.

Avec ce petit regret lancinant… qui ne l’avait pas quitté à son retour l’hôtel où elle ne s’explique pas trop l’avantage (waza ari) fatal accordé à la Japonaise Maeda dans le Golden Score (prolongations) de son quart de finale.

« Sur le moment même je suis dégoûtée car j’avais vraiment l’ascendant sur elle. J’ai l’impression de tomber sur le ventre. Il y a quelques années ce n’était même pas un koka (rires) et l’arbitre qui ne veut pas faire appel à la video… »

Une Japonaise, Chishima Maeda, 22 ans, seulement 40e mondiale mais pointée 4e dans la hiérarchie nippone derrière les monstres Abe (IJF 2), Shishima (IJF 3) et Tsunoda (10) qui allait monter sur la plus haute marche du podium. Soit son deuxième titre international après le GP de Budapest en juillet dernier.

Exempte du premier tour, Charline (IJF 11) avait dominé en cours de route la Georgienne Janashvili (IJF 148) sur ippon (1’49’’), la Hongroise Pupp (IJF 24) sur disqualification (6’58’’) avant de trébucher sur l’obstacle Maeda.

Ebranlée mais pas abattue après sa défaite, elle gagnait ses deux combats de repêchage de manière éclatante pour aller chercher sa 16e breloque en Grand Prix (8 or, 2 argent, 6 bronze depuis son entrée victorieuse à Rotterdam en… 2010 !) : ippon en 3’17’’ sur l’Israélienne Primo (IJF 9) qui l’avait dominée l’Euro 2018 et ippon (juste 3’) sur la Polonaise Pienkowska (IJF 33) qui restait sur une médaille d’argent au Grand Chelem de Düsseldorf et une 7e place l’Euro 2019 à Minsk.

« Cette médaille valide la pertinence de mon travail »

« Affronter l’Israélienne Primo chez elle directement après était la meilleure chose qui pouvait m’arriver tellement j’avais envie de prendre ma revanche. J’avais la rage. Je me suis servie de son énergie. J’ai même été submergée par mes émotions. »

La finale pour la médaille de bronze a été gérée parfaitement : « J’ai pourtant eu du mal à entrer dans le combat. Heureusement, Cédric m’a réveillée à temps… »

A 29 ans, la sociétaire du Bushido Saive qui se prépare depuis un lustre sur ses terres d’adoption parisienne n’est pas prête à renoncer.

« Ici, j’étais le flow. Du caractère, de la lucidité après une bonne préparation. C’est un résultat qui arrive au bon moment car il valide la pertinence du travail avec mon équipe que ce soit technique, physique ou surtout mental… »

Prochain rendez-vous pour elle : le Grand Chelem de Paris le 8 février prochain à l’AccorHotel Arena (ex-Bercy).

Taymans : « Son judo intuitif a payé »

Pour Cedric Taymans, le directeur sportif de la fédération francophone, Charline reste « une lionne qui ne veut jamais lâcher sa proie ».

« Après les Jeux de Rio, elle a pris l’énorme risque de changer de catégorie en montant en – 52 kilos. Il lui a fallu un certain d’adaptation. Mais le talent et la volonté restent sa marque de championne. L’an dernier, elle a connu de gros soucis avec les nouvelles règles d’arbitrage qui ne lui pas souvent été favorables. Mais elle est intelligente, elle s’adapte sans cesse. »

A Tel Aviv, elle a montré de belles choses : « Son judo a payé. Elle a gagné en confiance et en percussion, son judo intuitif a fait la différence. Sur la défaite contre Maeda, j’attends de revoir les images avant d’être affirmatif puisque d’abord je ne suis pas arbitre et peut-être pas dans le bon angle. Mais ce qui m’embête vraiment c’est que l’arbitre ne fasse pas appel à la video comme s’il était certain de ne pas se tromper… »

Pour les autres judokas francophones, le bilan est moins positif.

Jorre Verstraeten termine 7e en – 60 kg : « C’est un peu trop peu mais il a montré du panache dans tous ses matches. Il peut s’en vouloir car il a été entraîné dans un faux rythme puis a fait preuve de précipitation quand il a été mené… »

Anne-So Jura a été carrément sortie dès son entrée en – 48 kg : « C’est un combat qu’elle doit toujours gagner. Il n’y a pas d’excuse, elle doit se regarder dans le miroir. A ce niveau, tu ne peux pas faire de telles erreurs… »

Les résultats des Belges

> DAMES

. Anne-Sophie JURA (-48 kg/Olympic ranking 44) perd M.D. Vargas-Ley (Chi/36) sur waza ari.

. Els SALENS (-48 kg/OR 90) bat M. Lapueta Comas (Esp/38) par ippon (1’24’’) ; perd M. Clément (Fra/7) sur ippon (14’’).

. Charline VAN SNICK (-52 kg/OR 11) exempte 1er tour ; bat Marina Janashvili (Geo/148) par ippon (1’49’’) ; bat P. Pupp (Hon/24) par disqualification : 2-3, g.s. : 6’58’’) ; perd C. Maeda (Jap/40) sur waza ari (g.s. : 5’35’’). Repêchage : bat G. Primo (Isr/9) par ippon (3’17’’). FINALE POUR LA 3E PLACE : bat K. Pienkowska (Pol/33) par ippon (3’00’’).

. Amber RYHEUL (-52 kg/OR 55) exempte 1er tour ; bat D. Keliyorava (Ouz/20) par ippon (2’02’’) ; perd K. Pienkowska (Pol/33) sur ippon (1’32’’).

> MESSIEURS

. Jorre Verstraeten (-60 kg/OR 21) exempt 1er tour ; bat B. Yanakoiv (Bul/321) par waza ari ; bat K. Nurillaev (46) par waza ari ; perd N. Foca (Mcd/n.c.) sur waza ari. Repêchage : perd Harim Lee (CdS/13) sur waza ari.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous