Thierry Neuville frappe un grand coup et prend la tête du rallye Monte-Carlo

©EPA
©EPA

Une opération survie ! Voilà à quoi ressemblait la 2e spéciale du rallye Monte-Carlo (25 km), dont une grosse portion (plus de 4 km) était recouverte de neige et de glace. Des conditions hyper-piégeuses que le « trio infernal » composé de Tanak, Neuville et Ogier avait choisi d’affronter en pneus… slickcs, dépourvus de clous donc !

Neuville : « Pas pris trop de risques ! »

Au terme d’un effort de 25 minutes, Thierry Neuville a infligé 25 et 29 secondes d’un coup à Ogier et Tanak, assez pour prendre autoritairement la tête de l’épreuve qui reprendra ce vendredi matin. « J’estime ne pas avoir pris de risques, mais les conditions étaient vraiment difficiles », estimait notre compatriote dont le copilote Nicolas Gilsoul venait de lui confier qu’il ne s’attendait pas à une spéciale aussi difficile ! « J’étais extrêmement concentré pour lire au mieux la route, et je pense avoir signé un bon chrono, sans avoir pourtant pris trop de risques. »

Ogier : « On aurait pu aller plus vite, mais le rallye est encore long »

Sébastien Ogier tenait à peu près le même discours : « On n’a pas pris trop de risques, et on aurait sans doute pu aller plus vite, mais le rallye est encore long, » disait le nouveau pilote Toyota.

De son côté, Ott Tanak se disait surtout heureux « d’être sorti vivant de cette spéciale qui était beaucoup plus exigeante que je l’avais imaginée », disait le nouvel équipier de Neuville. « En début de spéciale, il était en plus très difficile de trouver sa route car le nombreux public avait allumé des fumigènes, et ce n’a bien pas rendu les choses plus faciles. »

À la fin de cette première journée, Neuville (Hyundai) menait ainsi les débats devant Ogier (Toyota, à 19,1 sec.), Tanak (Hyundai, à 25,1), Evans (Toyota, à 25,4), Loeb (Hyundai, à 51,0), et Lappi (Ford, à 1.07,8), etc.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

  • PHOTONEWS_10852761-034

    Par Thierry Wilmotte

    Rallye

    Ott Tanak, 2e au rallye de Suède: «J’étais dans le cirage après le Monte-Carlo!»

  • Week-end difficile pour Thierry Neuville, en Suède. @News

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Rallye

    WRC: Thierry Neuville a du souci à se faire

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite