Tennis de table: l’équipe masculine belge bat l’Italie et n’est plus qu’à une victoire des JO de Tokyo

©News
©News

Les Belges ne sont plus qu’à une victoire de se qualifier pour les Jeux Olympiques de Tokyo cet été (24 juillet-9 août). Avec deux victoires en simple, dont celle dans le match décisif, le N.1 belge Cedric Nuytinck a été déterminant.

Exemptés de premier tour, les Belges (N.12) ont débuté leur duel contre l’Italie (N.26) par une défaite en double. Florent Lambiet et Martin Allegro se sont inclinés sèchement sur le score de 3 sets à 0 (11-7, 12-10, 11-8).

Dans la foulée, Cédric Nuytinck (ITTF 46) a remis les deux équipes à égalité en battant 3-0 (11-8, 11-9, 11-6) Niagol Stoyanov (ITTF 103).

Pourtant mieux classé que Mihai Bobocica (ITTF 126), Florent Lambiet (ITTF 110) a ensuite dû s’incliner 3 sets à 1 (8-11, 11-7, 11-7, 11-8), laissant filer les Italiens.

Dos au mur contre le N.1 italien Stoyanov, Martin Alegro (ITTF 128) a permis à la Belgique d’une nouvelle fois revenir à égalité (2-2) en s’imposant 3 sets à 2 (6-11, 11-8, 11-7, 6-11, 11-6).

Pourtant opposé au 3e joueur italien Leonardo Mutti (ITTF 182), Nuytinck a dû s’employer pour s’imposer et maintenir l’espoir olympique de son équipe. Mené 1 set à 2, il s’est finalement imposé 8-11, 11-6, 8-11, 11-7, 11-8.

Vendredi, les Belges défieront le Portugal en huitièmes de finale avec un billet pour Tokyo comme enjeu. Les huit perdants en huitièmes auront malgré tout encore une petite chance de participer aux JO. En effet, les nations éliminées se disputeront le neuvième ticket mis en jeu.

Mercredi, l’équipe nationale féminine a perdu tout espoir de participer aux JO en s’inclinant 3-0 dès le premier tour devant l’Ukraine.

Pas moins de 9 places pour Tokyo sont offertes aux équipes, tant chez les dames que chez les messieurs. Il faut passer trois tours avant de recevoir son billet pour le Japon. Les neuf nations qualifiées auront en outre le droit d’aligner deux athlètes dans les épreuves individuelles.

Les six nations lauréates de leur championnat continental et le pays hôte des JO (Japon) complètent le tableau des tournois par équipes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite