Thierry Neuville: «20 secondes, c’est un bel écart, mais au Monte-Carlo, ça ne veut rien dire du tout»

©AFP
©AFP

Coller une seconde au kilomètre à Sébastien Ogier et Ott Tanak, voilà le genre de performance qui n’est pas très courante en championnat du monde des rallyes ! C’est pourtant ce qu’a réalisé Thierry Neuville, jeudi soir, dans la deuxième spéciale du rallye Monte-Carlo, assez pour prendre autoritairement la tête de l’épreuve, et… se trouver très entouré à l’heure des interviews !

Thierry, que pouvez-vous dire de cette performance de choix qui vous permet d’être autoritairement installé en tête de la plus prestigieuse épreuve du calendrier ?

Je pense qu’on pouvait difficilement imaginer mieux que ça. En tout cas, aussi Nicolas que moi-même étions étonnés d’avoir infligé un tel écart à nos principaux rivaux. Une dizaine de secondes, d’accord, mais 25, c’est vrai que c’était assez étonnant.

Le résultat d’une grosse prise de risques ?

Non, pas vraiment. Des risques, nous en avons tous pris pour survivre à une spéciale aussi piégeuse, et en tout cas bien plus piégeuse que ce qui était attendu. Tout le monde était surpris par ces conditions.

Et vos principaux rivaux et vous-mêmes n’aviez pas choisi la facilité en abordant cette étape avec des pneus dépourvus de clous ?

C’est vrai, mais aussi bien Ott que Seb étaient dans le même cas, au même titre que quelques autres. Je crois en revanche que le fait d’avoir abordé cette étape avec une voiture réglée assez souple m’a procuré un léger avantage. Au même titre, sans doute, que le fait de bien connaître ma voiture. Pour le reste, je me suis surtout appliqué à ne prendre aucun risque en me concentrant au maximum pour bien analyser la route tout en écoutant les notes et les conseils de Nicolas. Je me sentais à l’aise, j’ai adopté un bon rythme, et voilà le résultat.

Vous aviez abordé cette deuxième spéciale avec la volonté de frapper un bon coup ?

Non, pas vraiment, mais surtout la volonté de réaliser une bonne spéciale, exempte de fautes. Réglée bien souple, la voiture m’a bien mis en confiance.

Le fait de devoir vous fier aux corrections de notes de Dani Sordo à la place de Bruno Thiry (malade) n’a pas dû vous aider ?

C’est vrai qu’il y a quelques petites choses sans doute, notamment liées au fait qu’il n’a pas le même système de notes, et qu’il ne parle pas notre langue. Mais il s’implique très fort dans le boulot et ça se sent. J’ai toute confiance en son travail.

Vous voilà nanti de 20 secondes et plus sur vos poursuivants ; c’est assez ?

Dans l’absolu, c’est un bel écart. Mais au Monte-Carlo, ça ne veut rien dire du tout !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Après le volant qui tourne à gauche et à droite, Lewis Hamilton a expérimenté celui qui va d’avant en arrière...

    Par THIERRY WILMOTTE

    Formule 1

    Formule 1: «nouvelle direction» chez Mercedes

  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

  • PHOTONEWS_10852761-034

    Par Thierry Wilmotte

    Rallye

    Ott Tanak, 2e au rallye de Suède: «J’étais dans le cirage après le Monte-Carlo!»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Le vert est dans le fruit

    Le pangolin, une race menacée d’extinction par la chasse que lui livrent frénétiquement les amateurs de ses étranges écailles, a trouvé la parade : le coronavirus. Brave petit mammifère qui serait à l’origine de l’épidémie.

    De son côté, la tomate elle aussi en a marre que les humains la mettent à toutes les sauces. En réaction, elle a développé elle aussi un virus, le BRFV, qui décolore les fruits, les déforme et les couvre de marbrure. Ce germe ne serait pas transmissible à l’homme. Mais qui aurait envie de croquer dans une tomate qui a l’aspect d’un zombie ?

    Dans les forêts, les scolytes (espèces de coléoptères) sont à leur tour devenus fous. Eux qui ne s’attaquaient qu’au bois mort s’en prennent désormais aux arbres vivants – notamment aux épicéas wallons – réaction, paraît-il, au réchauffement climatique.

    La nature devient folle, voilà enfin une explication scientifique au mal qui a atteint aussi les démocraties et les...

    Lire la suite

  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite