Tour Down Under: Caleb Ewan s’impose au terme de la 4e étape (vidéo)

Photonews
Photonews

Caleb Ewan a remporté la quatrième étape du Tour Down Under, vendredi. L’Australien de Lotto Soudal s’est imposé au sprint après 152,8 km de course entre Norwood et Murray Bridge devant l’Irlandais Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step) et Jasper Philipsen (UAE Team Emirates). Richie Porte (Trek-Segafredo) conserve son maillot de leader, mais voit Daryl Impey (Mitchelton-Scott) revenir à trois secondes.

Des secondes de bonifications étaient en jeu après 18,1 km et 40,3 km. Double lauréat de l’épreuve, Impey avait cet objectif dans le viseur. Laurens De Vreese (Astana) a tenté sa chance, en vain.

Ces deux sprints ont été remportés par Philipsen. Impey a été devancé par Mads Pedersen, équipier de Porte, dans le premier des deux sprints, ne réussissant à grappiller qu’une petite seconde. Dans le deuxième sprint, Impey a cette fois réussi à prendre 2 secondes, devant Robert Power (Sunweb), troisième au général. En conséquence, Porte conserve le maillot pour 3 secondes devant Impey, Power revenant à 8 secondes. Ce classement général n’allait pas évoluer à l’issue de l’étape.

Les attaquants ont alors eu leur mot à dire. Joey Rosskopf (CCC), James Piccoli (Israel Start-Up Nation), Jorge Arcas (Movistar), Sergio Samitier (Movistar) et De Vreese, qui a reçu le Prix de la Combativité, ont tenté leur chance.

À 25 km de l’arrivée, ils ont été repris. Jumbo-Visma a tenté de créer une bordure, mettant Porte en difficulté. La crevaison de George Bennett, cinquième du général, a contraint la formation néerlandaise à renoncer à cette tentative. Dans le final technique, Sam Bennett a lancé son sprint à 200 mètres de la ligne, Ewan l’a débordé et s’est imposé. Philipsen a complété le podium.

Il reste deux étapes à disputer. Samedi, la 5e étape reliera Glenelg à Victor Harbor (149,1 km).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @EPA

    Vainqueur du Tour d’Algarve, Remco Evenepoel grimpe les marches quatre à quatre

  • Il entame sa 17
e
 saison à la tête de Sport Vlaanderen-Baloise. @Michel Tonneau

    Par Adelie Reginster

    Route

    Cyclisme: Christophe Sercu, le pilote de l’ombre

  • Froome reprend la compétition, avec la Grande Boucle en point de mire.

    Par S.Cl

    Route

    La résurrection de Chris Froome prend un nouveau tournant

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite