George Soros annonce investir 1 milliard de dollars contre les «dictateurs» et le réchauffement climatique

Georges Soros
Georges Soros - AFP

Le milliardaire américain George Soros a annoncé jeudi qu’il allait investir un milliard de dollars dans un projet de réseau d’universités afin de mobiliser contre les «dictateurs actuels et en devenir», et contre le réchauffement climatique.

«La survie des sociétés ouvertes est menacée et nous faisons face à une crise encore plus grande: le changement climatique», a-t-il dit lors du dîner qu’il donne chaque année en marge du Forum économique mondial de Davos.

Il a qualifié ce projet (Open Society University Network) de «plus important de (sa) vie», expliquant que toutes les universités du monde pourraient y participer. Ce réseau doit permettre d’atteindre «des endroits en manque d’éducation de qualité et des populations négligées», a dit George Soros.

Le financier devenu philanthrope a déploré que la Chine, les Etats-Unis et la Russie soient aux mains de «dictateurs actuels ou en devenir» tandis que «les rangs des dirigeants autoritaires grossissent.»

Pour lui, «le plus grand et plus effrayant retour en arrière» concerne l’Inde, où George Soros a accusé le Premier ministre Narendra Modi de «créer un Etat nationaliste hindou».

Il a reproché au président américain Donald Trump d’être un «escroc et le narcissique ultime», qui a «fait surchauffer» l’économie américaine.

«Une économie surchauffée ne peut être gardée longtemps en ébullition», a-t-il averti.

Comme l’an dernier, George Soros s’en est aussi pris au président chinois Xi Jinping qui selon lui veut créer «un nouveau type de système autoritaire et un nouvel être humain qui serait prêt à sacrifier son autonomie pour éviter les ennuis».

Il a accusé le président chinois d’« exploiter les faiblesses» de son homologue américain.

Né en Hongrie dans une famille juive ayant fui les persécutions nazies, ce financier, célèbre pour son attaque spéculative contre la livre sterling en 1992, est devenu une cible des nationalistes et des théoriciens du complot, en Europe et aux Etats-Unis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite