Après Bocuse, pas d'autres trois étoiles rétrogradées dans le Michelin France 2020

"Il n'y a pas d'autres établissements trois étoiles en 2019" remis en cause "dans le millésime 2020", a indiqué Gwendal Poullennec après la rétrogradation du célèbre restaurant de Paul Bocuse, dans un entretien accordé cette semaine.

Le "pape" de la gastronomie française, décédé il y a deux ans, détenait ces trois étoiles depuis 1965 sans discontinuer, un record.

"Perdre une étoile, ça a un impact émotionnel et parfois même économique. Michelin fait preuve de la plus grande bienveillance possible, donc nous tenons systématiquement à l'annoncer personnellement aux chefs ou aux responsables d'équipe", souligne le patron du guide rouge, en poste depuis septembre 2018. Le quadragénaire s'est ainsi rendu il y a une semaine dans l'établissement de Collonges-au-Mont-d'Or (centre-est de la France) pour informer le restaurant.

Le patron du Michelin défend en outre le travail de ses inspecteurs, mis en cause par le chef Marc Veyrat, après la perte de sa troisième étoile.

Déclassé en janvier 2019, un an après avoir été sacré, le "chef au chapeau noir" a saisi la justice française pour demander des preuves des inspections du guide et des compétences des inspecteurs. Il a perdu son procès mais n'entend pas s'arrêter là sur le plan judiciaire. Au sein de l'équipe d'inspecteurs, "nous avons plus de 15 nationalités, plus de 25 langues", souligne M. Poullennec. "Ce sont des professionnels, ce qui veut dire qu'ils ont une formation dans l'hôtellerie et principalement la restauration. Et lorsqu'ils rejoignent le guide Michelin, ils sont également formés longuement sur le terrain". Leur moyenne d'âge est de 41 ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Une fiscalité automobile intelligente: il est grand temps

    C’est peu risqué, mais prenons le pari : l’idée du gouvernement bruxellois d’imposer une taxe de congestion à l’entrée de la ville va faire hurler. Listons les arguments : option antisociale qui nuira aux plus pauvres, nouvelle manifestation de rage taxatoire visant les automobilistes « vaches à lait », mesure discriminatoire, non concertée avec les autres Régions, instrument inefficace puisqu’il n’y a pas d’alternatives et que les automobilistes « n’ont d’autre choix que de prendre leur voiture », décision...

    Lire la suite