Goldman Sachs impose plus de diversité à la tête de ses clients

"A compter du 1er juillet aux Etats-Unis et en Europe, nous n'aiderons plus une entreprise à entrer en Bourse si au moins un des membres du conseil d'administration" n'est pas issu de la diversité, et/ou une femme, a déclaré M. Solomon sur la chaîne de télévision CNBC. "Et à partir de 2021 nous exigerons qu'il y en ait deux", a-t-il ajouté.

Vantant les mérites de la mixité, M. Solomon a expliqué que, lors des quatre dernières années, les performances des entreprises nouvellement cotées en Bourse et disposant d'au moins une femme au sein de leur conseil d'administration étaient "meilleures".

"On perdra sans doute des affaires mais sur le long terme c'est le meilleur conseil à donner à des entreprises qui veulent générer de bons retours sur investissements à leurs actionnaires sur la durée", a défendu le banquier.

Pour M. Solomon, l'absence de femmes dans les conseils d'administration est due principalement au phénomène de cooptation. C'est pourquoi Goldman Sachs se propose d'aider les entreprises à trouver, via son immense réseau, des administrateurs au profil différent.

Quatre femmes font partie des onze membres du conseil d'administration de Goldman Sachs, soit 36,4%.

D'après le cabinet Equilar, environ 21% des membres de conseils d'administration de l'indice Russel, qui regroupe 3.000 entreprises cotées à Wall Street, étaient des femmes au 30 septembre 2019.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous