Goldman Sachs impose plus de diversité à la tête de ses clients

"A compter du 1er juillet aux Etats-Unis et en Europe, nous n'aiderons plus une entreprise à entrer en Bourse si au moins un des membres du conseil d'administration" n'est pas issu de la diversité, et/ou une femme, a déclaré M. Solomon sur la chaîne de télévision CNBC. "Et à partir de 2021 nous exigerons qu'il y en ait deux", a-t-il ajouté.

Vantant les mérites de la mixité, M. Solomon a expliqué que, lors des quatre dernières années, les performances des entreprises nouvellement cotées en Bourse et disposant d'au moins une femme au sein de leur conseil d'administration étaient "meilleures".

"On perdra sans doute des affaires mais sur le long terme c'est le meilleur conseil à donner à des entreprises qui veulent générer de bons retours sur investissements à leurs actionnaires sur la durée", a défendu le banquier.

Pour M. Solomon, l'absence de femmes dans les conseils d'administration est due principalement au phénomène de cooptation. C'est pourquoi Goldman Sachs se propose d'aider les entreprises à trouver, via son immense réseau, des administrateurs au profil différent.

Quatre femmes font partie des onze membres du conseil d'administration de Goldman Sachs, soit 36,4%.

D'après le cabinet Equilar, environ 21% des membres de conseils d'administration de l'indice Russel, qui regroupe 3.000 entreprises cotées à Wall Street, étaient des femmes au 30 septembre 2019.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite