Coronavirus: la Chine prend des mesures pour éviter les déplacements

Coronavirus: la Chine prend des mesures pour éviter les déplacements
Photo News

Les agences de voyages chinoises doivent arrêter de vendre des voyages à forfait intérieurs et à l’étranger, ont décidé vendredi les autorités chinoises, en raison de l’épidémie d’un nouveau virus qui a déjà fait 26 morts et contaminé plus de 800 personnes.

La mesure du ministère de la Culture et du Tourisme devrait avoir un impact significatif sur le secteur mondial du tourisme. Les Chinois forment le plus gros groupe de voyageurs étrangers au monde. Ils ont dépensé en 2018 130 milliards de dollars (environ 118 milliards d’euros) à l’étranger.

Plus de 40 millions de Chinois étaient confinés vendredi à l’épicentre de l’épidémie virale tandis que le bilan s’est alourdi atteignant un total de 26 morts et 830 personnes contaminées. En outre, deux décès ont pour la première fois été signalés loin du berceau de l’épidémie : un dans le Hebei, région qui entoure Pékin, et un au Heilongjiang, province frontalière de la Russie.

La Chine a aussi annoncé vendredi la fermeture de sections de la Grande Muraille ainsi que celle de monuments emblématiques à Pékin. Les tombeaux des Ming et la forêt des pagodes seront fermés à partir de samedi, a précisé l’autorité chargée des sites. Le stade national de Pékin, dit « nid d’oiseau », construit pour les jeux Olympiques de 2008, a été fermé vendredi afin de « prévenir et contrôler » la propagation de la maladie. Le parc d’attractions Disneyland a été fermé jusqu’à nouvel ordre à Shanghai.

>Virus en Chine : plusieurs villes confinées, la Cité interdite fermée

Sur les 830 cas, 177 sont jugés graves, selon la Commission, tandis que 34 patients « guéris » ont quitté l’hôpital. Plus d’un millier de cas suspects sont en cours d’examen.

Au total, selon un calcul de l’AFP, 13 communes de la région de Wuhan sont coupées du monde, rassemblant plus de 41 millions de personnes – soit davantage que la population de la Pologne.

L’épidémie fait redouter une répétition du Sras, un virus similaire qui a tué quelque 650 personnes en Chine continentale et à Hong Kong entre 2002 et 2003.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. Michaël Trabbia, patron d’Orange, avait déposé une offre valorisant VOO à 1,2 milliard.

    «La vente de VOO a le goût, la couleur et l’odeur d’une vaste fraude»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite