L'absentéisme de longue durée à son plus haut niveau en Belgique

Les périodes de maladie de courte durée (inférieures à un mois) se stabilisent autour des 3,3% tandis que celles de moyenne durée (plus d'un mois mais moins d'un an) augmentent pour se fixer à 1,90% des heures prestables. Quant aux maladies de longue durée (plus d'un an), elles continuent, cette année encore, de progresser et atteignent le niveau record de 2,89% de toutes les heures de travail utiles, détaille Attentia qui précise que le groupe d'âge le plus touché est celui des personnes de 30 à 50 ans.

"Dans cette catégorie, les salariés traversent une phase intense de croissance, que ce soit dans leur travail, où ils sont occupés à se construire une carrière, ou chez eux, du fait de l'arrivée d'enfants, de la construction ou de l'achat d'une maison... Cela se traduit par une certaine pression qui débouche sur un décrochage, principalement provoqué par une charge psychosociale accentuée", explique Tim Vermeire, consultant principal RH & Bien-Être chez Attentia.

Ce dernier affirme que des mesures structurelles qui mettent l'accent sur la prévention sont nécessaires. Il appelle les employeurs à éliminer les facteurs de risque psychosociaux sur le lieu de travail mais également l'employé à œuvrer à son propre bien-être.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite