Un Molenbeekois condamné pour des faits de terrorisme

Un Molenbeekois condamné pour des faits de terrorisme
Photo News

Un Molenbeekois âgé de 29 ans a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 5 ans de prison et à une amende de 8.000 euros après avoir commis des faits de terrorisme et un acte de préparation à un assassinat. Il a également été condamné à une seconde peine de 30 mois de prison et à une amende de 8.000 euros avec sursis pour des faits d’importation et de vente de produits dopants.

Les activités du prévenu avaient été révélées grâce à des techniques spéciales d’investigation comme les écoutes téléphoniques et l’infiltration d’un policier dans son entourage immédiat. L’homme s’était ainsi confié en détail sur ses différentes activités, révélant notamment au policier infiltré qu’il était fier d’être de la famille d’Abou Bakr al-Baghdadi et d’avoir participé à des opérations d’assassinats et de kidnapping.

Le prévenu avait été arrêté le 22 janvier 2019. La période durant laquelle il avait participé aux activités d’un groupe terroriste avait débuté le 1er décembre 2014, lorsqu’il aurait rencontré un émir de Daech. Selon les informations policières, le prévenu avait des positions religieuses radicales, était prêt à mourir en martyr, adhérait aux idées de l’Etat islamique, tenait des propos violents contre les Chiites et avait une connaissance pointue des armes. L’enquête avait révélé qu’il était prêt à commettre un attentat terroriste entre 2017 et 2019.

Il prétendait être mythomane et menteur

Devant le tribunal, le prévenu avait nié son idéologie, prétendant être mythomane et menteur. Il soutenait qu’il n’avait été employé par l’organisation terroriste que comme informaticien pendant quelques mois. Le prévenu avait aussi été confondu pour des faits de fourniture de produits dopants.

Le tribunal l’a condamné au maximum de la peine pour les faits de terrorisme, soit à une peine de 5 ans de prison et à une amende de 8.000 euros. Pour les faits relatifs aux produits dopants, il a été condamné à une peine de 30 mois de prison avec sursis pour la moitié et à une amende de 8.000 euros avec sursis pour la moitié.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite