Procès pédopornographie à Termonde: les confessions glaçantes des prévenus

Procès pédopornographie à Termonde: les confessions glaçantes des prévenus
Belga

Le début du procès pour pédopornographie à Termonde a commencé vendredi par l’interrogatoire des prévenus. La juge a voulu en savoir davantage sur les raisons pour lesquelles ils avaient commis ces faits de maltraitance sur mineur.

L’un des prévenus, Dimitry D., ne sera pas présent au procès vendredi. Il s’est fait représenter par son avocat, ce qui n’a pas plu à la juge. « Être présent à son procès est important », a déclaré la magistrate. Elle a dès lors demandé à l’avocat d’insister auprès de son client pour qu’il vienne. Il est possible qu’il arrive en cours de journée.

Niels M. a, lui, déclaré avoir été maltraité dans son enfance. « Je cherchais des réponses sur ce qui m’était arrivé et je suis entré en contact avec les autres prévenus. Je n’ai jamais abusé sexuellement de mon fils ou mon beau-fils, c’était un fantasme, un jeu de rôle. Je reconnais que j’ai abusé du fils de mon voisin, mais j’étais moi-même mineur au moment des faits. »

Michael M., également poursuivi pour abus sexuel, admet avoir abusé de son neveu et du fils de Niels M. « J’ai une tendance pédophile, je suis une thérapie depuis un certain temps et j’aimerais la poursuivre », a-t-il ajouté.

« Un fantasme »

Le Britannique Samuel K. a expliqué qu’il n’a « jamais voulu faire de mal à personne » et qu’il reconnaît la douleur qu’il a « causée aux familles concernées ». « Dans un sentiment de solitude et de recherche d’amitié, j’ai été en contact sur internet avec des personnes partageant les mêmes souhaits. Je suis tombé dans un piège et il m’a été difficile de m’en sortir. C’était un fantasme, je ne ferais jamais ces actes dans la vraie vie. Regarder ces images m’a aidé à gérer la pression et le stress, mais maintenant je ressens une grande honte », a-t-il ajouté alors qu’il est également poursuivi pour traite d’être humains mais nie cette prévention.

Le Néerlandais Lars D.R. reconnaît qu’à l’âge de 15 ans, il a découvert des penchants pédophiles. « J’ai commencé à ressentir ce sentiment avec les enfants à l’âge de 15 ans. J’ai filmé et partagé mes propres abus sur les enfants et je regrette ce que j’ai fait. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite