Thomas Cook - La filiale Condor reprise par la compagnie aérienne polonaise LOT (2)

"Nous avons trouvé ensemble une solution durable et responsable pour Condor", a indiqué Ralf Teckentrup, le directeur commercial de Thomas Cook lors d'une conférence de presse.

En octobre dernier, la Commission européenne avait approuvé un prêt relais de l'Allemagne d'un montant de 380 millions d'euros à Condor. Ce prêt, partagé entre le gouvernement fédéral et l'État de Hesse, visait à maintenir la compagnie à flot, à garantir la bonne continuité des services aériens et à éviter des perturbations pour les passagers.

Aucun détail financier de l'accord n'a été rendu public par les deux entreprises.

"Nous paierons un prix juste, qui nous permettra de rembourser l'intégralité des prêts" accordés à Condor, s'est borné à déclarer Rafal Milczarski, le président de la compagnie polonaise.

"Avec cette opération nous voulons devenir un leader de l'aviation européenne", a-t-il ajouté.

La transaction devrait "être bouclée" d'ici "avril 2020", dès que les entreprises auront reçu l'aval des autorités européennes de la concurrence.

Condor, fondée en 1956, dispose de 58 avions et emploie 4.900 personnes. Ses destinations phares sont la Méditerranée et les Etats-Unis.

Forte d'une flotte de 80 appareils, LOT a transporté plus de 10 millions de passagers l'an dernier principalement en Europe centrale, un chiffre plus que doublé en quatre ans.

Les deux compagnies pourraient transporter, en cumulant leurs clientèles, près de 20 millions de passagers par an, selon un communiqué de LOT.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite