Roger Federer s’est fait peur à l’Open d’Australie: «Je me voyais déjà en train d’expliquer ma défaite devant la presse»

photo news
photo news

Mais quelle mouche a donc piqué l’Open d’Australie, ce vendredi ? Éliminations de Serena Williams, de Caroline Wozniacki, de Naomi Osaka, de Madison Keys, de Stefanos Tsitsipas et de Roberto Bautista-Agut, tous au 3e tour, et comme ça ne suffisait pas encore c’est le Maître Roger Federer, 6 fois sacré à Melbourne Park, qui a frôlé une surprenante sortie de route face à l’Australien John Millman (47e mondial).

Surprenante ? Pas vraiment, quand on se souvient que c’est déjà le joueur de Brisbane qui avait éliminé le Suisse des huitièmes de finale de l’US Open 2018, avec 77 fautes directes à son compte. Il y a des joueurs qui ne réussissent pas à certains, et Millman est de ceux-là pour Federer qui a, à nouveau, commis… 82 fautes directes, dont 48 en coup droit !

« Une terrible bagarre »

Dans une Rod Laver Arena surchauffée comme jamais en pleine nuit (le match s’est terminé à 1h du matin), avec un Lleyton Hewitt qui serait bien monté sur le court pour aider son poulain de Coupe Davis, Millman a secoué un Federer qui s’était pourtant qualifié pour ce 3e tour en sifflotant…

Mais ici, le Bâlois a soufflé le chaud et souvent le froid. Malmené dans le premier set 4-6, aussi dans le deuxième qu’il ne remportait qu’après un excellent tie-break, on le croyait parti lorsqu’il empochait encore la troisième manche 6-4. Mais, son intensité chutait terriblement sous les coups de butoir de son adversaire (4-6 dans la 4e) et le 5e set, finalement joué au super tie-break (premier à 10, une nouvelle règle à l’Open d’Australie depuis 2019) allait faire chavirer le public. Millman s’envolait à 4-8, à deux petites unités d’un nouveau succès retentissant, après plus de 4h de combat. Mais Federer, dans un dernier baroud dont il a le secret, empochait les six points suivant, et une 100e victoire (sur 114 matches…) à l’Open d’Australie qu’il n’est pas près d’oublier !

« Mon dieu que ce fut dur », avoua-t-il le souffle court. « Heureusement, c’était un super tie-break autrement j’aurais perdu (NDLR : Millman mena en effet 4-7 !). Je pense que John a joué un grand match, il aurait tout aussi pu être le vainqueur. Ce fut une terrible bagarre qui s’est jouée sur le fil à la fin. J’ai eu un peu de chance… J’ai dû rester si concentré pour prendre les bonnes décisions alors que lui jouait tellement bien. Je me suis dit à un moment donné, OK, au moins j’ai essayé, je n’ai pas trop mal joué, je me voyais déjà en train de raconter ma défaite devant la presse… Mais quel match ! »

Un tableau dégagé ?

Tout le monde disait que le nº3 mondial pouvait jouir d’un tableau dégagé après les éliminations antérieures de Berrettini, Shapovalov, Dimitrov ou Hurkacz (!), mais Millman vient de démontrer, une fois de plus, qu’en Grand Chelem, personne n’était à sous-estimer. C’est l’étonnant Hongrois Marton Fucsovics (67e), tombeur de Shapovalov, Sinner et Paul (!), qui attend désormais Roger Federer pour une place en quart de finale. Plus personne n’osera dire que c’est du tout cuit pour le Maître suisse, même s’il n’y avait que lui pour ressortir « vivant » de ce terrible vendredi à Melbourne Park…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite