Séisme en Turquie: au moins quatorze morts, selon un bilan provisoire (photos)

Un séisme de magnitude 6,8 sur l’échelle de Richter a frappé vendredi l’est de la Turquie, ont annoncé les autorités, faisant au moins quatorze morts selon un bilan provisoire.

La terre a tremblé dans le district de Sivrice, dans la province d’Elazig, vers 20h55 locale (17h55 GMT), selon l’agence gouvernementale des situations de catastrophe (AFAD). L’institut américain USGS a mesuré la secousse à 6,7.

AFP

L’AFAD a précisé que selon un bilan provisoire au moins quatorze personnes avaient perdu la vie, huit dans la province d’Elazig et six dans la province voisine de Malaty.

Le ministre turc de l’Intérieur Suleyman Soylu a déclaré à l’agence officielle Anadolu : « Nous espérons qu’il n’y aura pas d’autres victimes ».

Des immeubles effondrés

Selon lui, des immeubles se seraient écroulés dans la région.

La télévision turque a diffusé des images d’habitants paniqués se ruant à l’extérieur des bâtiments, et d’au moins un immeuble dont le toit était en feu.

L’AFAD a précisé qu’au moins trente répliques du séisme avaient été enregistrées dans la journée de vendredi et que plus de 400 équipes de secouristes avaient été envoyées sur place.

« Nous avons dépêché quatre équipes dans la région » a indiqué à l’AFP Recep Salci, de l’Association turque de recherches et de secours AKUT). « Nous avons appris que des immeubles se sont effondrés, nous nous préparons à envoyer d’autres équipes si nécessaire ».

« C’était effrayant, les meubles nous sont tombés dessus. Nous nous sommes précipités dehors » a déclaré à l’AFP Melahat Can, 47 ans, habitant d’Elazig. « Nous allons passer les prochains jours dans une ferme à l’extérieur de la ville ».

Zekeriya Gunes, 68 ans, a pour sa part indiqué avoir vu un bâtiment s’effondrer à deux cents mètres de son domicile, sans pouvoir dire s’il était habité.

« Tout le monde est descendu dans la rue, c’était très puissant, très effrayant », a-t-il dit.

Le séisme a été ressenti dans plusieurs régions de l’Est de la Turquie, dont Tunceli, a indiqué la chaîne de télévision NTV.

Les principales compagnies turques de télécommunications ont annoncé vendredi qu’elles allaient fournir aux habitants des zones touchées des services de téléphonie et de connexions internet gratuits.

17.000 morts en 1999

La Turquie, située sur plusieurs lignes de failles, est fréquemment touchée par des séismes.

En 1999, un tremblement de terres de magnitude 7,4 avait touché l’Est du pays, faisant plus de 17.000 morts, dont un millier à Istanbul.

En septembre, un séisme de magnitude 5.7 avait touché la capitale économique du pays.

Les experts estiment qu’un tremblement de terre majeur peut à tout moment toucher cette ville de plus de 15 millions d’habitants, où l’habitat, souvent anarchique, n’est que rarement aux normes antisismiques.

Sur le même sujet
Tremblement de terreTurquie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite