Victoire impérative contre Malines pour le Sporting de Charleroi

photo news
photo news

Deuxième au moment d’entamer le sprint final, le Sporting de Charleroi a vu Gand et l’Antwerp lui passer devant le week-end dernier pendant que le FC Bruges augmentait son avance sur lui. Et s’il a toujours un match en retard à jouer contre ces mêmes Brugeois mercredi prochain qui pourrait lui servir de bonus sur la concurrence en cas de résultat positif, c’est dès ce samedi soir que Charleroi doit reprendre sa marche en avant vers les Playoffs 1. « Ce sera notre premier match à domicile (NDLR, où le RCSC n’a plus encaissé depuis début octobre) en 2020 et on aura à coeur de faire un bon résultat. Ce sera une rencontre compliquée et il s’agira d’être fort dans tous les domaines face à une formation accrocheuse », soulignait Karim Belhocine ce vendredi en conférence de presse.

S’il refuse de pointer ce match comme étant plus décisif qu’un autre avant le calendrier dantesque qui attend Charleroi, le T1 sambrien ne veut pas non plus prendre ce duel comme une revanche de l’aller. Pour rappel, les Zèbres avaient dû se contenter d’un point après avoir mené deux fois au score, mais avaient également perdu Cristophe Diandy sur blessure avant de voir Marco Ilaimaharitra être visé par des cris racistes en fin de match. « Que ce soit par rapport à Cristophe ou Marco, on ne peut pas dire qu’il y a une revanche parce que dans le cas de Diandy, il se blesse un peu seul et les actes qui ont visé Marco sont le fruit d’une personne isolée. On ne peut donc pas en vouloir à tout Malines. »

Remettre les pendules à l’heure

Auteur d’un but somptueux au match aller, Núrio veut tout de même remettre les pendules à l’heure avec le KaVé. « On aurait pu faire mieux lors de cette rencontre, tout comme lors de celle de la semaine passée à Eupen. Et pour ça, on espère prendre les trois points », assurait l’international angolais.

« On doit essentiellement se concentrer sur notre rôle à nous », pointait le T1 carolo au moment d’évoquer les très bons résultats de Malines en déplacement cette saison. « Ce sera probablement un bon match de football, avec beaucoup d’intensité. »

Une intensité qui pourrait laisser des traces alors que Charleroi se devra d’être à nouveau opérationnel quatre jours plus tard lors de la réception du leader brugeois au Mambourg. « On n’a pas une équipe pour calculer quoi que ce soit. Là, on prépare le match de ce samedi et s’il y a des calculs à faire, on ne les fera pas avant dimanche ! »

D’ici là, les Zèbres espèrent relancer la machine dans ce qui est, sur papier, l’un des matches à gagner absolument pour filer vers le Top 6, qui leur tend les bras.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10855055-088

    Par Cédric Martin

    Charleroi

    SC Charleroi: une double chance à saisir pour Shamar Nicholson

  • Dino Arslanagic retourne à Sclessin sans que son avenir ne soit très clair.

    Par Vincent Joséphy

    Standard

    Dino Arslanagic: «Le Standard, cela a été une mini-vie pour moi»

  • photo news

    Par Sébastien Huzler

    Division 1A

    L’Excel Mouscron ne fera pas de cadeau à Bernd Storck

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite