Robin Van Persie, l’ancienne star de Manchester United, a refusé Anderlecht cet été: «Vincent Kompany était convaincu que je pouvais l’aider»

PHOTO NEWS
PHOTO NEWS

Vendredi soir, un certain Robin van Persie a révélé à la télévision néerlandaise qu’il avait été approché par Vincent Kompany lors du jubilé de ce dernier, le 11 septembre dernier, à Manchester. L’ancien attaquant de United était évidemment présent dans l’équipe « all-star » des Red Devils. « Ce fut une merveilleuse soirée. Après une heure de jeu, j’ai ressenti des douleurs partout, mais je ne voulais pas sortir du terrain », a expliqué le retraité (36 ans), dont la performance a beaucoup plu à l’ex-capitaine de Manchester City. « Il m’a appelé le lendemain. Il était convaincu que je pouvais l’aider à Anderlecht. Je l’ai vu comme un beau compliment qu’il m’ait approché, mais je me suis réveillé ce matin-là avec des douleurs aux mollets et je savais que je ne devrais plus commencer. »

Robin van Persie, qui a joué près de 300 matches en Premier League (champion d’Angleterre en 2013), a raccroché les crampons en juillet 2019, après une dernière saison à Feyenoord, avec qui il a remporté la Coupe UEFA en 2002.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Pourquoi le socialisme n’a jamais pris aux USA

    Après trois ans de harangues et d’imprécations envers Donald Trump, les choses sérieuses ont commencé pour l’opposition démocrate. Première étape, capitale : se choisir un(e) candidat(e) susceptible de rassembler une majorité d’Américains le 3 novembre prochain, pour battre le président sortant.

    Dans ce contexte, Bernie Sanders a entamé la course à l’investiture sur les chapeaux de roue : première place, ex aequo avec Pete Buttigieg, lors du caucus de l’Iowa et victoire dans la primaire du New Hampshire.

    Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention nationale de Milwaukee, prévue du 13 au 16 juillet, qui désignera le challenger de Trump. Mais ces succès du sénateur du Vermont, conjugués au départ catastrophique de Joe Biden – longtemps favori des sondages et du Parti – ont plongé l’appareil démocrate dans des abîmes de perplexité.

    Un sondage publié ce lundi sur le site de Newsweek aura sans...

    Lire la suite

  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite