Accueil Culture Musiques

Comment le disque de catalogue a pris le pouvoir

Les « classiques » ont été en 2015 plus vendus que les nouveautés. C’est une première ! Va-t-on vers une consommation tournée sur la nostalgie ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Les chiffres du nouveau rapport Nielsen concernant le marché de la musique en 2015 sont tombés il y a quelques jours. S’ils sont centrés sur le marché américain, ils n’en sont pas moins éloquents, et reflètent une tendance qui est peut-être en train de prendre le pouvoir. Pour la première fois dans l’histoire, les nouveautés sont dépassées par les ventes de ce qu’on appelle les albums de catalogue. Alors certes, le terme de catalogue est utilisé de façon extra-large, puisqu’il concerne tout album commercialisé il y a plus de 18 mois. Cela vaut donc pour Abbey Road, des Beatles. Pour l’intégrale de Gainsbourg, qu’Universal proposera à tout petit prix à partir de ce vendredi (70€). Cela vaut aussi… pour Racine carrée, de Stromae.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs