Un Allemand sur 5 trouve qu’on en fait trop pour la mémoire de l’Holocauste

Le 27 janvier, cela fera 75 ans que le camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau a été libéré.
Le 27 janvier, cela fera 75 ans que le camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau a été libéré. - AFP

Un peu plus d’un Allemand sur cinq estime que l’Holocauste joue un trop grand rôle dans la façon dont le pays gère son passé, selon un sondage de l’institut de recherches YouGov réalisé à la demande de l’agence DPA.

Dans ce sondage, 22% des répondants ont répondu positivement à la question de savoir si les commémorations de la persécution des Juifs par les nazis prenaient trop de place par rapport à d’autres thèmes. Inversement, 24% estiment que plus doit être fait pour se rappeler du génocide, alors que 45% pensent que le traitement actuel de ce pan sombre de l’histoire allemande est adéquat.

Parmi les répondants qui disent soutenir le parti d’extrême-droite AfD, 56% considèrent que l’on attache trop d’importance au souvenir de la Shoah. Les votants déclarés des autres partis représentés au parlement sont majoritairement satisfaits du traitement qui a cours.

Lundi, cela fera exactement 75 ans que la Russie a libéré le camp de concentration d’Auschwitz. Au moins 1,1 million de personnes ont perdu la vie dans ce camp polonais pendant la Seconde guerre mondiale, principalement des Juifs.

La classe politique allemande a réagi au sondage. La vice-présidente du groupe parlementaire SPD (socialiste) Eva Högl a ainsi rappelé qu’il était «une responsabilité historique» de se souvenir «des actes odieux des Allemands» pendant l’Holocauste. Son homologue libéral, Stephan Thomae, a quant à lui souligné que l’antisémitisme demeurait un important problème dans le pays. «L’assassinat de millions de Juifs ne peut être oublié.»

Même l’AfD, par la voix de Beatrix von Storch, a affirmé que «l’injustice et les souffrances de millions de personnes dont Auschwitz est devenu le synonyme ne pourront jamais être oubliées».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite