Joachim Coens: « Le CD&V a besoin d’une rénovation en profondeur»

Joachim Coens: « Le CD&V a besoin d’une rénovation en profondeur»

Le président du CD& V ne s’est pas exprimé sur sa mission d’informateur. Tout juste a-t-il indiqué que son parti voulait du « respect », qu’il faudra travailler sur « une amélioration de la gouvernance et sur une simplification » ainsi que sur « une politique à taille humaine à l’échelle et dans la logique des gens ». « Pourquoi ne pas penser à des circonscriptions plus petites ? Cela rapprocherait les gens de la politique », a-t-il ainsi suggéré.

« La maison de la démocratie chrétienne flamande a besoin d’une rénovation en profondeur », a-t-il encore dit. Selon Joachim Coens, cette rénovation doit s’envisager selon trois axes : le social, l’entrepreneuriat et l’éthique. « Une politique proche des gens, faisons en sorte d’y retourner », a-t-il conclu.

Joachim Coens remplit actuellement une mission d’informateur royal avec Georges-Louis Bouchez. Ils rendront leur rapport final au Roi mardi prochain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite