Moussa Sissako en prêt au Standard

Moussa Sissako en prêt au Standard
Photo News

Ce fut le week-end des défenseurs en bord de Meuse. Dans un premier temps, Mergim Vojvoda et Kostas Laifis ont évité un sacré camouflet à Sclessin grâce à deux jolies roses plantées dans le jardin ostendais. Englué dans un récital faiblard, le défenseur chypriote est sorti de sa boîte pour mener ses troupes, elles aussi en difficulté, sur le chemin d’une victoire très lente dans sa conception. Un but dans les dernières secondes de jeu, une fois de plus diront certains, synonyme de trois points précieux tant au classement qu’au niveau émotionnel.

Les montagnes russes sont de mise dans les aortes des supporters des Rouches, trop souvent secoués par les bourrasques de l’indécision. Un ressenti qui vaut également pour les dernières semaines de Dimitri Lavalée. Alors que les Liégeois pensaient reconduire son contrat, le jeune défenseur a décidé de lier sa destinée à Mayence dès l’été prochain. Un choix qui l’a écarté du noyau pour Ostende, de quoi faire naître des interrogations quant aux possibilités dans l’axe central.

« On a préparé Senna Miangue pour jouer à cette place, tout comme on peut évoluer à trois derrière », précisait Michel Preud’homme au terme des débats laborieux contre Ostende. « Les options sont donc multiples, surtout si on ajoute les éventualités comme Mergim Vojvoda ou Nicolas Gavory. Si on prend un joueur, ce sera soit un élément capable de remplacer un hypothétique départ en fin de saison, soit un jeune qu’on préparera pour l’avenir ».

Hier après-midi, c’est la seconde option qui a illuminé les bureaux d’une direction ayant jeté son dévolu sur Moussa Sissako, actif au PSG. Perché à 1m89, le Malien d’à peine 19 ans est considéré comme une grande promesse et va, sous réserve de la réussite de la traditionnelle visite médicale, se lier au Standard sous la forme d’un prêt avec une option d’achat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les expéditions des scientifiques ciblent les grottes du sud de la Chine et de l’Asie du Sud-Est car ces régions sont des points chauds pour l’émergence de nouveaux coronavirus.

    En Chine, des scientifiques parcourent les grottes à la recherche de nouveaux coronavirus

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. Quentin Ketelears et Nathalie François ont co-créé «
Molly&Fonz
», un studio créatif. Ils sont depuis 2017 employés par la Smart.

    La Smart lance le contrat à durée indéterminée pour entrepreneur

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite