Accueil Opinions Éditos

75 ans après la libération d’Auschwitz, vraiment, nous vivons en de sombres temps

Et nous, aujourd’hui et demain, comment éviterons-nous d’être des Mittläufer ? La question risque de se poser à nous de plus en plus souvent.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, lundi 27 janvier 2020, 10:09

    Hugues Crépin, curieux d'opter pour l'extrême droite au nom de la Justice. En vérité, dès lors que l'extrême droite prend le pouvoir, c'est l'inverse de la Justice qui s'établit, le développement au contraire de l'arbitraire.! S'il faut chercher les explications de la montée en puissance de l'extrême droite, il ne faut jamais lui trouver d'excuses. Je pense qu'en misant tout sur un problème de justice vous vous retrouver à justifier la montée de l'extrême droite. Hors, le problème est bien plus large que la seule défaillance du modèle judiciaire (défaillance d'ailleurs en partie due j'y viens à l'utltralibéralisme). L'ultralibéralisme, la mondialisation dérégulée, le culte de la croissance et la dépendance à la consommation sont bien plus en cause. La justice dans cette affaire est une des nombreuses victimes collatérales d'un système où il faut toujours moins d'Etat. Le "Système" a réussi à faire de nous des alliés. Pour les grosses légumes, il faut de la croissance "pour créer des emplois" disent ils. Et vlan, on saque dans les cotisations sociales, dans les conditions de travail, dans le droit professionnel. Conséquence : la sécu se vide de sa substance et sous nos applaudissements. Il n'est qu'à voir le nombre de neuneus qui applaudissent la réforme Macron. De notre côté, il suffit qu'on nous parle diminution d'impôt pour qu'on aie le sourire béat : Youpie la consommation! Là aussi, la conséquence est directe, diminution des moyens de l'Etat, de sa sécurité et de son autorité (y compris le département de la Justice, on y revient donc). La dépendance à la consommation rend fou. Alors quand les caisses de l'Etat sont vide et que l'Etat ne peut plus répondre aux exigences contradictoires des citoyens, l'extrême droite arrive et pointe un coupable facile et évident. Si on tape le réfugié, ça nous fera toujours un peu d'argent. C'est misérable, sinistre et grotesque. Ajoutez y une pincée d'islamophobie même si vous et mois prenons d'ores et déjà 100 fois plus de risque de mourir d'un accident de circulation où d'une intoxication due à la pollution que de finir dans un attentat des fous d'Allah. Et vous avez le cocktail explosif en cours. Il n'y a aucune fatalité en la matière. Il n'y a personne à accuser... sinon nous même.

  • Posté par CREPIN Hugues, lundi 27 janvier 2020, 10:46

    Cher Björn, j'ai précisément écrit: "Alors, finalement, si demander simplement la justice, la paix et l'ordre, c'est le fascisme, les gens votent pour l'extrême-droite et ses sourires. Sauf que ...nous le savons tous très bien, il y a autre chose derrière ces sourires ". Tout le monde est conscient du danger de l'extrême-droite mais il n,e reste quasiment plus que le choix entre deux escrioqueries et cela revient au dit du pasteur Niemeyer à Auschwitz, chacun se pensera du bon côté du manche ... Donc, ce n'est absolument pas ce que j'ai écrit, vous avez tout déformé. Pour le reste, arrêtons les sottises, l'ultralibéralisme n'existe plus ou pas encore, vous ne savez même pas ce que c'est que l'ultralibéralisme ni d'y vivre. Il n'y a quasiment aucun islamophobie en Europe, l'islam prend largement moins de critiques que les christianismes, si on devait traiter l'islam comme les autres religions, ils hurleraient à la mort, l'actualité nous la rappelle sans cesse. Par contre, à force d'exhonérer et de persmissivité, oui, là on fabrique une jolie bombe.Saviez-vous qu'en réalité ce qui choque le plus les islamistes, c'est justement notre manque de réaction? D'un côté c'est bien parce que cela les emmerde et contrecarre une partie de leur stratégie. Mais d'un autre, cela leur permet de convaincre que nous ne sommes pas dignes de respect et que donc embrasser l'islamisme permettra d'être le futur maître puisque nous acceptons tout. Et dans tout cela la majorité des communautés musulmanes sont pacifiques et seront prises en otage. Si le système occidental ne leur inspire pas assez de confiance et de sentiment de sécurité, devinez de quel côté ils vont se ranger pour survivre?

  • Posté par CREPIN Hugues, lundi 27 janvier 2020, 8:57

    Et concernanr les néonazis occidentaux, leur source est simplement une démission de l'autorité de base. Je ne parle pas de rétablir la peine de mort, les goulags, ... Je parle de faire en sorte que simplement la justice remplisse son rôle tant sur les faibles que sur les puissants. Que les juges et les avocats soient recadrés car non, il n'est pas admissible que les avocats voient comme leur métier que d'innocenter les coupables. Notre droit, c'est "tout accusé a droit à un procès équitable" et pas "tout coupable a le droit d'être innocenté" or l'immoralité des juges et des avocats crée cette situation. Donc la majorité de la population voit ses droits disparaître et les coupables généralement impunis ou punis sans que cela n'aie d'importantce pour les victimes. En France, on voit les forces de l'ordre organiser une répression de plus en plus forte, en Belgique on se demande si finalement ce ne serait pas la même chose. Donc les gens veulent de l'ordre et la défense de leurs intérêts. Sauf que ... aucun parti traditionnel ne le leur propose et les traite ipso facto de fascistes. Alors, finalement, si demander simplement la justice, la paix et l'ordre, c'est le fascisme, les gens votent pour l'extrême-droite et ses sourires. Sauf que ...nous le savons tous très bien, il y a autre chose derrière ces sourires mais, au final, qu'est-ce qu'il reste encore comme autre choix aux "gens"? Continuer ainsi jusqu'au suicide sociétal? Laissez les délinquants "de cités" ou en col blanc s'en tirer? Soyez attaqué en rue ou chez vous, ne vosu défendez pas, vous risquez plus que votre agresseur. Voyez un banquier ou un "gérant" d'intercommunale s'octroyer des millions via son cercle d'amis placé dans les conseils d'administration et leur rendre la réciproque et vous n'êtes qu'un envieux? Vous y avez perdu vos économies et cela ruine les retraites, quelle importance? C'est cela le problème, cette impunité envers la délinquance en général. Et donc, les gens vont tirer la prise, oui ils vont la tirer parce que ce monde ne leur laisse plus rien à gagner seulement des choses à perdre alors ... voilà ...

  • Posté par CREPIN Hugues, lundi 27 janvier 2020, 8:45

    Il est vrai que l'antisémitisme se réveille. Peut-être parce que pendant la guerre froide nous avons laissé voire fait massacrer les socialiste voire communistes dans le monde arabe? Peut-être aussi parce qu'à force de trahir ce monde arabe en soutenant bien souvent les pires régimes voire en les mettant en place (Arabie Saoudite, Iran, Irak, ...), ils en arrivent à rejeter tout ce qui est nos valeurs dont le souvenir de l'Holocauste. Il n'était pas très malin non plus d'essayer de faire partager à des nations étrangères notre sens de la culpabilité. Et enfin, dire cela à Jérusalem est délicat puisque qu'à quelques centaines de mètres parfois de là, déjà des gens, peu importe que l'on reconnaisse leur identité ou qu'ils y croient eux-mêmes, des gens souffrent de discrimination. Des personnes simplement nées là et dont personne ne veut, des gens à qui on dit en substance, on n'a rien contre vous au fond mais votre seul espoir, c'est de vous en aller de là. Déjà, une des raisons de cet antisémitisme est là, ce problème palestinien toujours pas résolu avec les valses-hésitations de la colonisation et une population qui ne sait pas ce qu'elle est, que cela n'a jamais intéressé à l'origine et dont une majorité de non-musulmans a pu fuir mais pas les autres. Souvenons-nous de Auschwitz, oui mais souvenons-nous aussi de notre hypocrisie sur bien d'autres points et que la haine est certes irraisonnée mais si aisément nourrie par des folies diverses et que cela ne peut plus justifier de massacrer depuis plus d'un siècle une région du Monde puis de lui reprocher son antisémitisme tout en y ayant installé un pays-otage qui permet le blocus terrestre entre l'Asie et l'Afrique et ne pas voir de rapport entre cette haine et la violence perpétuelle que l'on lui oppose. Si l'on veut que la bête immonde meure définitivement ou tout au moins s'affaiblisse, soyons simplement honorables et cessons de soutenir l'injuste et l'arbitraire. Je ne suis pas naïf non plus, cela n'arrêtera pas tout mais permettra ad minima que nos errements ne condamnent pas des communautés juives à nouveau en les ayant coincé en sentinelle dans une région que nous massacrons depuis plus d'un siècle. Levez le blocus Asie-Afrique que crée de facto Israël, réglez le problèmes palestinien d'une manière ou d'une autre même quitte à leur acheter un territoire ailleurs de manière propre et vous aurez 80% de l'antisémitisme qui ne trouvera plus de support.

  • Posté par Deckers Björn, lundi 27 janvier 2020, 8:07

    Jean-Marie Colombani qui avait vu la bête immonde se réveiller brutalement le 21 avril 2002 en France avait utilisé une autre expression qui résonne aujourd'hui, de manière sinistre : "Hélas, le temps se gâte". Il est encore temps, peut-être, de se dresser contre l'insulte à l'Histoire qui est en cours. Comment en sommes nous venus à tomber dans l'impasse politique de la résurgence des radicalismes du XXème (communisme versus fascisme) alors qu'à l'évidence, l'urgence est ailleurs ("la maison brûle et nous regardons ailleurs") et se construit non sur l'autoritarisme mais sur la participation de tous. Cette impasse à un nom, le culte de la consommation, son corollaire sinistre, le culte de l'individualisme forcené, la dictature du marché et de la croissance. C'est par là qu'il faut commencer la reconstruction de l'avenir si possible avant de devoir le faire sur les cendres d'un nouveau IIIème Reich.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs