Remco Evenepoel n’a qu’un seul adversaire au chrono de San Juan: son leader Julian Alaphilippe

Remco Evenepoel n’a qu’un seul adversaire au chrono de San Juan: son leader Julian Alaphilippe
PhotoNews

Le Tour de San Juan aborde ce mardi (dans la nuit de mardi à mercredi en ce qui nous concerne) le contre-la-montre de 15 kilomètres entre Ullum et Punta Negra, lieu très certainement exotique sous une température annoncée juste sous la barre des 40 degrés. Pour l’anecdote. Ce qui l’est moins, c’est la présence du vice-champion du monde de la discipline, Remco Evenepoel, dont chaque mètre parcouru depuis douze mois suscite éloges et commentaires, attentes et espoirs. Le chrono argentin n’est évidemment pas une fin en soi à ce stade précoce de la saison (il s’agira d’ailleurs du premier test individuel contre-la-montre depuis la reprise en Australie et au Gabon) mais compte tenu des attentes, de la pression et du contexte, le temps de Remco Evenepoel, impliqué sans gravité dans la chute collective de la première étape, sera étudié à la loupe.

Un premier test

Car qui pourrait battre le coureur de Schepdaal dans une discipline qu’il maîtrise déjà et, a fortiori, face à concurrence moins ronflante sur le sujet ? L’année dernière, sur la même épreuve, le « Sportif Belge 2019 » avait été battu par son leader Alaphilippe et l’Italien Valério Conti (UAE) sur 12 kilomètres, donc trois de moins à l’issue d’un parcours plat en aller-retour évoquant celui qui ferme l’exercice contre-la-montre à Tirreno-Adriatico, au bord de l’Adriatique à San Benedetto del Tronto où Evenepoel participera à sa première course par étapes version WorldTour (en mars).

Le test argentin aura donc beaucoup de valeur, en particulier sur le plan mental car si le coureur de Deceuninck a réellement les moyens de ses ambitions suprêmes dans cette catégorie, il ne peut a priori pas être battu la nuit prochaine, sauf par son chef de file, Julian Alaphilippe, vainqueur un an plus tôt et surtout lauréat du contre-la-montre de Pau au Tour de France, dans toutes les mémoires, à la fois pour sa performance et pour la chute dramatique de Wout Van Aert.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Julian Alaphilippe, lauréat de Sanremo l’année dernière.

    Par S.Cl.

    Route

    Cyclisme: le coronavirus menace Milan-Sanremo

  • Dominique Duchesnes

    Par STEPHANE THIRION

    Route

    Les managers du cyclisme belge: Christophe Brandt, une vie de rencontres

  • @EPA

    Vainqueur du Tour d’Algarve, Remco Evenepoel grimpe les marches quatre à quatre

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite