Liverpool ne veut pas renoncer à sa mini-trêve hivernale: Klopp fera jouer ses U21 en Coupe d’Angleterre

@AFP
@AFP

Contraint par Shrewsbury (D3) à rejouer son 4e tour de Coupe d’Angleterre (2-2), dimanche, Liverpool enverra son équipe des moins de 21 ans pour ne pas sacrifier la mini-trêve hivernale instaurée pour la première fois cette saison.

« J’ai dit aux garçons il y a déjà deux semaines qu’on aurait notre trêve de Noël, ce qui veut dire qu’on ne sera pas (au match rejoué). Ce sont les gamins qui joueront », avait déclaré Klopp après le match.

« En avril 2019, on a reçu une lettre de la Premier League, je crois, où ils nous demandaient de respecter la trêve hivernale et de ne pas organiser pendant cette période de match amical ou de compétition. Nous respectons cela », a plaidé le coach allemand.

Dans un championnat qui joue le lendemain de Noël et le 1er janvier, les instances avaient fini par introduire une coupure en deux temps cette saison en étalant une journée de championnat sur deux week-ends pour permettre à chaque équipe d’avoir deux semaines de repos au mois de février.

Liverpool devait ainsi recevoir Southampton le 1er février pour la 25e journée, avant de se déplacer le 15 à Norwich pour la 26e.

Mais après avoir gâché un avantage de 2 buts et s’être fait rejoindre par Shrewsbury, grâce à deux buts en dix minutes du remplaçant Jason Cummings, les Reds sont supposés jouer le 4 février à Anfield.

Ce match sera joué par l’équipe des moins de 21 ans, emmenée par son entraîneur Neil Critchley, qui avait déjà dû « remplacer » l’équipe A pour un quart de finale de Coupe de la Ligue, quand les Seniors étaient au Qatar pour le Mondial des Clubs. Une expérience qui avait mal tourné, puisque les Baby Reds avaient perdu 5-0.

Lundi, la FA a contredit en partie Klopp, affirmant qu’avant « le début de la saison 2019/2020, tous les clubs avaient accepté que les matches à rejouer du quatrième tour de la Coupe d’Angleterre seraient rejoués, si nécessaire, pendant la première semaine de la trêve internationale ».

Tottenham et Southampton, qui se sont neutralisés (1-1) et Newcastle, tenu en échec chez lui par le club de D3 Oxford United (0-0), samedi, sont dans le même cas de figure.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite