Femme tuée par des canidés en France: «Il s’est battu pour la défendre», un avocat défend le chien d’Elisa Pilarski

Femme tuée par des canidés en France: «Il s’est battu pour la défendre», un avocat défend le chien d’Elisa Pilarski
Jaclyn Clark

Le 16 novembre dernier, le corps d’Elisa Pilarski, une jeune femme enceinte de 6 mois, a été retrouvé affreusement mutilé en forêt de Retz, dans l’Aisne, en France. Son autopsie, le 20 novembre, a révélé que sa mort à « pour origine une hémorragie consécutive à plusieurs morsures de chiens aux membres supérieurs et inférieurs ainsi qu’à la tête ».

Depuis l’affaire connaît un retentissement national, comme le rappelle La Voix du Nord. Quel rôle ont joué les chiens participant à la chasse à courre se déroulant le même jour dans ce secteur ? Curtis, l’un des chiens favoris de la victime s’en est-il pris à elle ? Dans l’attente de résultats ADN sur les chiens impliqués dans le dossier, les débats font rage sur les réseaux sociaux sur ces deux questions. Samedi 25 janvier, de nouveaux éléments ont fuité dans la presse. Selon les informations du Parisien, Curtis, présent au moment du drame, aurait mordu à deux reprises depuis le décès de sa maîtresse.

Curtis, un croisé lévrier whippet et patterdale terrier, aurait attaqué Christophe Ellul, le compagnon de la victime, le soir même des faits dans les locaux de la gendarmerie. L’animal aurait ensuite mordu une bénévole de la fourrière de Beauvais, où ce dernier est placé depuis le décès d’Elisa Pilarski.

« Je ne crois pas que Curtis soit responsable »

Interrogé sur BFMTV, Maître Éric Alligné, l’avocat de Christophe Ellul, spécialiste en droit des animaux, ces faits ne prouvent rien. « C’est un chien qui n’a jamais eu de problème pendant deux ans, il n’a jamais mordu personne, tempête-t-il. On a récupéré Curtis après le drame et Curtis avait des morsures sur la tête ce qui veut dire qu’il s’est trouvé face à un groupe de chiens et qu’il s’est battu pour défendre sa maîtresse, c’est ma théorie. »

Selon lui, l’autopsie permet déjà d’assurer qu’Elisa Pilarski est « morte des morsures de plusieurs chiens ». Des tests ADN connus en février « Je ne crois pas que Curtis soit le seul responsable, ni même responsable de cette tragédie », a ajouté le pénaliste. Les résultats des tests ADN devraient être connus courant février.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite