Procès en destitution: John Bolton brouille la défense de Trump

Procès en destitution: John Bolton brouille la défense de Trump
AFP

La procédure de destitution contre Donald Trump est « un enfer » ont déploré lundi ses avocats lors de la reprise de son procès devant le Sénat, des propos qui ont été brouillés par des affirmations explosives d’un ancien conseiller du président républicain.

John Bolton, son ancien conseiller à la sécurité nationale, affirme dans un livre à paraître prochainement que Donald Trump a bien conditionné une aide militaire pour l’Ukraine à l’ouverture d’une enquête sur ses rivaux politiques, a révélé dimanche soir le New York Times. S’il admet avoir demandé à Kiev d’enquêter sur le démocrate Joe Biden, son potentiel adversaire à la présidentielle de novembre, Donald Trump a toujours nié avoir exercé des pressions ou formulé le moindre « donnant-donnant ».

Il a vivement démenti avoir fait le lien lors d’une discussion en août avec John Bolton, comme celui-ci l’affirme, l’accusant de « vouloir vendre son livre ». « Nous ne nous mêlons pas de spéculations, d’allégations qui ne sont pas basées sur des preuves », s’est contenté de déclarer lundi son avocat Jay Sekulow en reprenant la parole devant les cent sénateurs chargés de juger le président.

Il faudrait que deux tiers d’entre eux (67) le déclarent coupable pour que Donald Trump soit destitué, un scénario hautement improbable. L’opposition démocrate espère toutefois que le procès ternira son image à moins de 300 jours de l’élection.

« Curieuse »

Depuis des semaines, elle appelle les sénateurs à convoquer de nouveaux témoins, dont John Bolton, pour « faire émerger la vérité ». L’ancien conseiller, qui a été limogé en septembre, a fait savoir début janvier qu’il se tenait prêt à répondre à une assignation à comparaître.

Pour pouvoir le convoquer, les démocrates doivent convaincre au moins quatre des 53 sénateurs républicains de se rallier à leur cause. Jusqu’ici ils n’y sont pas parvenus mais les dernières révélations ont peut-être fait bouger les lignes.

« Je crois de plus en plus possible que d’autres républicains se joignent à ceux d’entre nous qui pensent que l’on devrait entendre John Bolton », a déclaré le sénateur républicain Mitt Romney avant un déjeuner de la majorité.

« Les articles sur le livre de John Bolton (…) ont suscité de nombreuses conversations parmi mes collègues », a renchéri la sénatrice républicaine modérée Susan Collins. Sa collègue Lisa Murkowski s’est dite « curieuse d’entendre » ce qu’il avait à dire. Un vote sur la question des témoins devrait intervenir en fin de semaine, une fois que la défense aura bouclé sa plaidoirie et que les sénateurs auront posé, par écrit, leurs questions aux deux parties.

Même si John Bolton était convoqué, il est probable que la Maison Blanche saisisse la justice pour bloquer son témoignage au nom de la confidentialité des échanges entre le président et ses plus proches conseillers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD) feront rapport au Roi le 9 mars.

    Négociations fédérales: deux libéraux pour pacifier d’abord, explorer ensuite

  2. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dénonce l’enrichissement personnel des dirigeants d’Intégrale.

    Affaire Nethys: la Banque Nationale suspecte un abus de biens sociaux chez l’assureur Intégrale

  3. belga

    Europa League: le FC Bruges ne doit plus avoir peur

La chronique
  • Visa pour la Flandre: bons boulets d’Alost

    Ah s’il avait su ! Le nouveau patron de « Chez Lequet » à Liège aurait été faire ses saluts nazis et chanter « heili hailo haila » sur un char dans un cortège de carnaval et pas dans une salle de restaurant remplie de familles venues sacrifier à la tradition des boulets sauce lapin. Parce que dans un char au milieu d’un cortège de carnaval, tout ça, c’est de l’humour. Et l’explication très raffinée du gérant au micro de la RTBF – « On a fait les bièsses. On a exagéré, je regrette mais chacun a son humour » – aurait mieux tenu la route pour expliquer ce qui tenait très peu de la… farce.

    Enfin c’est ce qu’on pense à Alost, où les organisateurs du carnaval s’apprêtent à laisser défiler des chars avec des caricatures de juifs orthodoxes, avec papillotes, nez crochu, rats et tas d’or, comme ce fut le cas l’an dernier, et cela au nom de l’humour. « Aalst in Zottenland, alles kan en mag » – Alost au pays des fous. Tout est possible et permis : voilà ce qui régit depuis...

    Lire la suite

  • On en a tous marre

    Le Palais a donc une nouvelle fois sacrifié à ce qui devient hélas un rituel. La nomination d’un duo chargé de permettre la formation d’un gouvernement fédéral. Sabine Laruelle et Patrick Dewael sont la neuvième et dixième personnalité politique à s’y coller depuis les élections.

    Un constat d’échec

    C’est d’abord un constat d’échec. Après avoir tenté l’électrochoc, avec la démission forcée de Joachim Coens et Georges-...

    Lire la suite