Les confidences de Thibaut Courtois sur les critiques dont il a été victime au Real Madrid: «J’ai toujours été fort mentalement»

REUTERS
REUTERS

Conspué il y a quelques mois, Thibaut Courtois a repris confiance. Depuis, il enchaîne les prestations de haut niveau avec le Real Madrid. Ainsi que les clean sheets (la huitième lors de ses onze derniers matches). Le gardien des Diables rouges est revenu sur sa situation au micro de Real Madrid TV, la chaîne officielle du club madrilène.

« Le meilleur gardien du monde ? »

« Les choses vont très bien en 2020 », s’est réjoui le Belge, avant de poursuivre : « Nous remportons de nombreuses victoires et gardons souvent le zéro. Le meilleur gardien du monde ? Ce n’est pas facile de dire ça. Il y a beaucoup de bons gardiens de but. Je dois travailler tous les jours pour m’améliorer. J’arrête tout ce que je peux. Mais nous défendons à onze. »

Si le Belge fait dorénavant partie de la catégorie des meilleurs gardiens du monde, il aurait pu en être tout autrement s’il avait finalement opté pour un autre sport que le football… Notamment le volley que les membres de sa famille pratiquaient. « Il y a des coïncidences de la vie, j’ai failli quitter le football pour jouer au volley-ball », a révélé le Belge à Real Madrid TV.

« Je sais d’où je viens »

Malgré les critiques qui ont fleuri à l’encontre de Thibaut Courtois, le principal intéressé est toujours resté serein, sûr de sa force et de son talent. « J’ai toujours été fort mentalement. Je sais d’où je viens. Je ne travaille pas plus maintenant qu’il y a cinq mois. La clé est de garder confiance en vous. Parce que finalement tout le monde peut se tromper. Vous devez penser à demain et supposer que si vous travaillez, cela se passera mieux. »

Et Courtois d’enchaîner en fixant ses objectifs pour la fin de la saison en cours. « Je veux tout gagner, mais la Ligue des champions est bien sûr un grand rêve avec le club. Et puis il y a l’équipe nationale. Nous étions proches de remporter la Coupe du monde, maintenant nous espérons remporter le championnat d’Europe. Au final, je veux que l’on me voie comme un grand gardien et une belle personne. Ainsi que quelqu’un qui a été important dans les équipes où il a joué. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite