«Il était mon mentor»: Novak Djokovic, submergé par l’émotion, rend hommage à Kobe Bryant (vidéo)

afp
afp

«  Il était mon mentor » : Novak Djokovic, submergé par l’émotion, a rendu hommage à Kobe Bryant, le légendaire joueur de basket décédé dans un accident d’hélicoptère, ce mardi sur le court de la Rod Laver Arena où il venait d’assurer sa qualification pour les demi-finales de l’Open d’Australie.

« Il était l’un des meilleurs athlètes de tous les temps. Il m’a inspiré moi et beaucoup d’autres personnes dans le monde », a déclaré Novak Djokovic qui arborait sur sa veste de survêtement les initiales K et B, ainsi que les numéros 8 et 24 qu’avaient portés Kobe Bryant chez les Lakers, et un petit cœur rose.

« J’ai eu la chance d’avoir une relation personnelle avec lui ces dix dernières années. Lorsque j’avais besoin d’un conseil ou de soutien, il était là pour moi », a poursuivi le Djoker. « Il était mon mentor, mon ami et mon cœur s’est brisé en apprenant ce qui lui était arrivé, à lui et à sa fille », a conclu le Serbe avant de s’interrompre théâtralement, étouffé par l’émotion.

Outre le Serbe, plusieurs joueurs participant à l’Open d’Australie ont rendu hommage à Kobe Bryant, dont Rafael Nadal, Nick Kyrgios, Gaël Monfils, ou encore Coco Gauff et sa partenaire de double Caty McNally.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite