Italie: Facebook retire une vidéo offensante de la page de Matteo Salvini

Italie: Facebook retire une vidéo offensante de la page de Matteo Salvini
Reuters

Le réseau social Facebook a retiré mardi une vidéo offensante pour une famille de Tunisiens de la page du leader d’extrême droite italien Matteo Salvini, a annoncé mardi l’avocate d’un jeune Tunisien que Salvini y accusait de trafic de drogue.

« Facebook a éliminé de la page de Matteo Salvini la vidéo de la honte : la retransmission en direct de sa discussion via un interphone avec la maison de Yassin », a écrit sur sa propre page Facebook, l’avocate Cathy La Torre.

En campagne il y a une semaine dans un quartier de Bologne pour l’élection régionale de dimanche en Emilie-Romagne (nord-est), le chef de la Ligue, entouré d’une nuée de caméras, s’était laissé guider par une résidente vers l’immeuble où habitait, selon ses dires, un revendeur de drogue.

« Bonsoir, des habitants nous ont dit une chose désagréable (à votre sujet). On nous a dit que c’est de chez vous que part une partie de la drogue qui est revendue dans le quartier. C’est vrai ou faux ? « a demandé le leader souverainiste après avoir sonné à l’interphone indiqué par la résidente. « C’est un Tunisien ? C’est lequel qui revend de la drogue, le fils, le père ? », avait demandé Salvini autour de lui alors que son interlocuteur avait déjà raccroché.

« C’est la première d’une longue série de victoires et nous nous battrons jusqu’à la fin, je vous le promets, contre cet épisode mesquin de notre vie démocratique », a ajouté Mme La Torre. « Cette retransmission en direct a ravagé la vie de Yassin. Yassin, sans casier judiciaire, un Italien de 17 ans, joueur de foot, s’est retrouvé dans toute l’Italie désigné comme ‘le trafiquant de drogue’ », a poursuivi l’avocate. « L’élimination de la vidéo ne peut pas réparer tout ça, et Matteo Salvini devra en répondre comme le prévoit la loi », ajoute-t-elle.

Sur le même sujet
Lois et règlements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite