Accueil Société

Edouard Delruelle (Solidaris) au «Soir»: «Il faut écrire un nouveau Pacte social et environnemental»

Edouard Delruelle vient d’arriver à la présidence de Solidaris. Il partage ses ambitions pour les mutualités et un projet de nouvel État social.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 6 min

Quel rapport entre la philosophie et la mutualité socialiste ? A priori, peu de chose. Sauf si, à l’instar d’Édouard Delruelle, professeur de philosophie à l’ULiège, on se préoccupe des fonctions régaliennes de l’État dans notre société en devenir. Plus précisément de la fonction sociale. Dans la foulée de travaux de recherche alimentés par son engagement citoyen (Unia, questions éthiques…), Edouard Delruelle a « pris conscience que l’État social est sous-jacent à tous les enjeux de société ». Le droit social entre alors au cœur de ses recherches en même temps qu’émerge la notion de « relations conditionnantes ». Parce que, assure-t-il, « la santé, le bien-être, l’émancipation, l’égalité, l’éducation… sont les conditions d’existence d’une société démocratique ». On colle au discours progressiste, celui qui nourrit l’ADN de Solidaris dont Edouard Delruelle vient de prendre la présidence. Entré en fonction au début de cette année, il livre au Soir son projet pour la mutualité socialiste.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Fedito Wallonne , mercredi 29 janvier 2020, 11:30

    André Bassette, vous avez tout à fait raison... Ce Monsieur est philosophe.... ou en tout se prétend... Ce Monsieur est prof à l’université.... Ce Monsieur est président de Solidaris... "Où va-t-il au temps ?...." J’oubliais.... donneur de leçons.... ça fait beaucoup... Enfin.... comme socialiste à Liège... c’est normal....

  • Posté par Theys Jos, mercredi 29 janvier 2020, 10:29

    On veut être un contre- pouvoir qui donne des leçons au pouvoir. Entre temps, ils ont encore des efforts à faire dans leur métier de base, qui est de rembourser vite et bien les dépenses de santé.

  • Posté par Fedito Wallonne , mercredi 29 janvier 2020, 11:32

    Les mutuelles ne représentent pas un contre-pouvoir.... parce que liés aux partis....

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 29 janvier 2020, 8:55

    J'aurais bien aimé des propositions concrètes.

  • Posté par André Bassette, mercredi 29 janvier 2020, 11:20

    Demander à un philosophe d' être concret relève de la quadrature du cercle.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs