Israël-Palestine: Trump évoque une solution «réaliste à deux Etats»

Israël-Palestine: Trump évoque une solution «réaliste à deux Etats»
AFP

Donald Trump a présenté mardi une « solution réaliste à deux Etats » pour résoudre le conflit israélo-palestinien, qui conditionnerait toutefois la naissance d’un Etat palestinien au « rejet clair du terrorisme » et ferait de Jérusalem la « capitale indivisible d’Israël ».

« Ma vision présente une occasion gagnant-gagnant pour les deux parties, une solution réaliste à deux Etats qui résout le risque que représente un Etat palestinien pour la sécurité d’Israël », a-t-il dit lors d’une déclaration à la Maison Blanche.

Le « futur Etat palestinien » ne verrait le jour que sous plusieurs « conditions », dont « le rejet clair du terrorisme ». Il pourrait avoir « une capitale palestinienne à Jérusalem-Est », a assuré le président des Etats-Unis. Les Etats-Unis sont en outre prêts à « reconnaître la souveraineté israélienne sur des territoires » occupés, dont il n’a pas précisé l’ampleur.

Le président des Etats-Unis a dévoilé la carte des Etats israélien et palestinien selon son plan de paix. La carte des Etats israélien et palestinien du plan de paix de Donald Trump, dévoilée mardi par la Maison Blanche, prévoit un tunnel reliant la Cisjordanie à la Bande de Gaza et une souveraineté d’Israël sur la vallée du Jourdain.

« Tous les musulmans aux intentions pacifiques seront bienvenus pour visiter et prier à la mosquée Al-Aqsa », troisième lieu saint de l’islam, précise la légende de la carte, qu’a tweetée M. Trump. Une quinzaine de colonies israéliennes figurent par ailleurs en Cisjordanie.

Selon l’ambassadeur américain à Jérusalem, Israël peut annexer sans délai ses colonies en Cisjordanie.

Un plan rejeté par le Hamas

Washington va reconnaître les colonies dans les territoires palestiniens occupés comme faisant partie d’Israël, s’est félicité mardi le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou, en affirmant que la présentation du plan Trump pour le Proche-Orient marquait « une journée historique ».

Ce projet présenté comme susceptible d’amener la paix dans la région octroierait à Israël la souveraineté sur la vallée du Jourdain, a ajouté Binyamin Netanyahou.

Binyamin Netanyahou a encore affirmé que, selon le plan Trump, les Palestiniens devront reconnaître Israël comme « Etat juif » et que les réfugiés palestiniens n’auront pas droit au retour en Israël. Il s’est dit également prêt à négocier avec les Palestiniens « un chemin vers un futur Etat ».

Le Hamas palestinien a rejeté le plan de paix américain. « Aujourd’hui nous disons que nous rejetons ce plan. Nous n’accepterons pas de substitut à Jérusalem comme la capitale de l’Etat de Palestine », a déclaré à l’AFP Khalil al-Hayya, un haut responsable du mouvement islamiste.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite