Lutte contre le racisme et la discrimination, promotion du football féminin: Vincent Kompany part au combat

©News
©News

Pas de Giorgio Chiellini, d’Eiji Kawashima, de Rui Patricio ou de Kevin Trapp dans la salle de conférence du Sofitel de la place Jourdan, ce mardi soir, à Bruxelles. Par contre, Vincent Kompany était de la partie, comme fin mai à Èze, dans le sud de la France, lors de l’instauration du premier Conseil Mondial des Joueurs de la FIFPro.

La situation compliquée du Sporting d’Anderlecht aurait pu pousser le joueur-manager à placer ailleurs les priorités. Mais ce nouveau rôle lui tient aussi à cœur. « On a tous un vécu différent mais la même envie d’aborder des sujets aussi sensibles que la discrimination, le racisme, la qualité du football féminin, le nombre de matches disputés sur une saison, la santé des joueuses et joueurs. Au-delà du football, on touche à des problèmes sociétaux », glisse Vincent Kompany, un des membres fondateurs de ce Conseil qui se réunira au moins deux fois par an selon les agendas.

« Anderlecht unique »

La discrimination et le racisme sont des thématiques qui touchent Vincent Kompany, on le sent. La moindre question à ce sujet le lance dans une longue tirade. « La discrimination, c’est ne pas avoir accès aux postes à responsabilités. Il faut obliger la diversité aux plus hauts échelons mais on se rend compte qu’on y trouve peu de personnes de mon profil et que ce sont toujours les mêmes qui prennent les décisions. À ce niveau-là, Anderlecht a fait quelque chose d’un peu unique. Le club a essayé de faire tomber pas mal de barrières en se comportant de manière assez professionnelle. J’ai la chance de profiter d’une position assez privilégiée malgré ma couleur de peau, ce qui n’est le cas dans pratiquement aucun club en Europe. »

Mais comment faire changer les choses ? Car si ce Conseil des Joueurs n’a pas de pouvoir décisionnel propre, il lui sera toujours possible de se diriger vers la FIFA ou l’UEFA pour tenter de bousculer les acquis. « Il faut trouver la bonne approche. En ce qui concerne le racisme dans les stades par exemple, je ne suis pas favorable à des interdictions de stade de dix ans. La punition vient à la fin, il faut prendre le problème à la base. »

« Trop de matches »

Tout aussi présent dans les discussions, le nombre de matches. Pas pour le plaisir de se plaindre mais car la santé des joueurs et joueuses n’est pas prise à la légère. « On n’a qu’un corps, peu importe l’âge. Devoir disputer cinquante ou soixante matches de haut niveau tout en voyageant encore plus, personne n’est capable de le faire. Je peux comprendre qu’ils veulent organiser plus de matches et nous envoyer sur différents continents car le football devient mondial et cela fait rentrer de l’argent dans les caisses. Mais il faut alors des noyaux de quarante joueurs », prévient l’Anderlechtois, qui ne serait pas contre un peu plus de repos. « Ces deux ou trois dernières années, j’ai pris deux fois une semaine pour récupérer. Ce n’est tenable pour personne. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @News

    Par Vincent Joséphy

    Anderlecht

    Les bulletins des Mauves face à Eupen: Murillo monte en puissance, Amuzu enfin concret

  • @Reuters

    Par Philippe Gerday

    Espagne

    Real Madrid: le rêve d’Eden Hazard vire au cauchemar

  • Blessé contre le Cercle. @News

    Par Sébastien Huzler

    Division 1A

    Mouscron: Perica peut craindre une déchirure

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite