Coronavirus: le nombre d’infections par le virus en Chine dépasse celui du Sras

Coronavirus: le nombre d’infections par le virus en Chine dépasse celui du Sras
Photo News

Le nombre d’infections par le nouveau coronavirus (2019-nCoV) en Chine continentale a dépassé celui de l’épidémie de Sras dans le pays en 2002-2003, selon les chiffres officiels publiés mercredi.

Les autorités sanitaires chinoises ont dénombré mercredi 5.974 cas confirmés de contamination en Chine continentale, soit plus de 1.400 de plus que la veille, tandis que le bilan s’aggravait à 132 décès.

Le Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), également un coronavirus, avait pour sa part infecté 5.327 personnes en Chine continentale, et provoqué 349 morts dans le pays.

À l’échelle mondiale, selon l’OMS, l’épidémie de Sras avait fait 774 morts sur 8.096 cas en 2002-2003 avant d’être jugulée.

Apparu à Wuhan (centre de la Chine) en décembre, le nouveau virus, comme le Sras, se transmet entre humains et se traduit par de graves troubles respiratoires.

« Moins puissant, plus contagieux »

Ce virus, baptisé 2019-nCoV, et celui du Sras appartiennent à la même famille des coronavirus, et ont 80 % de similitudes sur le plan génétique. Le 2019-nCoV est cependant jugé moins « puissant » et plus contagieux.

« À ce que nous voyons à présent, cette maladie n’est (…) pas aussi puissante que le Sras », a déclaré dimanche devant la presse Gao Fu, responsable du Centre chinois de contrôle et prévention des maladies. En revanche, le nouveau virus a une période d’incubation pouvant aller jusqu’à deux semaines et « la contagion est possible durant la période d’incubation », avant même que n’apparaissent des symptômes, « ce qui est aussi très différent du Sras », a noté Ma Xiaowei, patron de la Commission nationale de la Santé (CNS).

« Nous avons l’impression (…) qu’aujourd’hui la propagation de ce virus-là est plus rapide que le Sras, mais que par contre la mortalité est nettement inférieure », a renchéri la ministre française de la Santé, Agnès Buzyn.

Selon l’OMS, le Sras avait atteint un taux de mortalité de 9,5 % (contre 34,5 % pour la seule autre épidémie provoquée par un coronavirus, le Syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ou Mers, apparu en 2012 dans la Péninsule arabique).

Celui du nouveau coronavirus se situe bien en deçà même si, de l’avis des experts, les données ne sont encore qu’indicatives, faute de connaître exactement le nombre réel de personnes infectées-- puisque des patients n’ayant que peu, voire pas, de symptômes n’ont vraisemblablement pas été détectés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite