Coronavirus: un laboratoire australien est parvenu à cultiver le nouveau virus

Coronavirus: un laboratoire australien est parvenu à cultiver le nouveau virus

Des scientifiques australiens sont parvenus à cultiver en laboratoire le nouveau virus de la famille du coronavirus, dont l’épidémie a débuté dans la ville chinoise de Wuhan, rapportent les médias australiens mercredi.

Ces scientifiques de l’institut Doherty à Melbourne ont utilisé un échantillon d’un patient traité à l’hôpital royal de Melboune depuis vendredi, et sont les premiers, hors de la Chine, à réussir à cultiver ce nouveau virus. Selon le docteur Julian Drucen chef du laboratoire en question, le virus cultivé en laboratoire va être partagé avec le réseau de laboratoires australiens et ceux œuvrant avec l’Organisation Mondiale de la Santé, basée en Suisse.

Cette avancée doit contribuer à mieux comprendre le fonctionnement de ce virus. La découverte pourrait par exemple permettre de développer des tests pour détecter le virus chez les patients qui ne présentent pas encore de symptômes, ou encore pour tester l’efficacité de vaccins en cours de développement.

L’institut Doherty est le second laboratoire au monde à recréer la maladie, signale le média public australien, après un laboratoire en Chine qui n’a toutefois pas partagé sa découverte avec l’OMS.

Il n’existe pas encore de remède démontré contre ce nouveau virus qui est apparu sur un marché de la ville de Wuhan en Chine. Des chercheurs à Hong Kong ont affirmé mardi avoir développé un vaccin mais avoir besoin de plus de temps pour le tester, rapporte le South China Morning Postn citant le professeur Yuen Kwok-yung.

Mercredi, la Chine a annoncé un nouveau bilan de 132 morts de la maladie dans cette province du centre de la Chine où a commencé l’épidémie. Un total de 840 nouveaux cas d’infection ont été confirmés dans la même province, ce qui porte à plus de 5.300 le nombre total de malades dans l’ensemble du pays, ont annoncé les autorités locles, citées par les agences AFP et dpa.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • neuracle

    Par Rafa de Miguel (El País)

    Lena

    «Se demander si un cerveau est masculin ou féminin n’a aucun sens»

  • Foto_elvira_expresso_2011_pequena_36

    Par Javier Martin del Barrio (El País)

    Lena

    Elvira Fortunato, la scientifique portugaise qui a créé la micropuce en papier

  • L’île Eagle le 4 février (à gauche) et le 13 février.

    Par Tomasz Ulanowski (Gazeta Wyborcza)

    Lena

    La fonte fulgurante des glaces de l’Antarctique

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite