Bruxelles-propreté en grève ce jeudi, des perturbations prévues

Bruxelles-propreté en grève ce jeudi, des perturbations prévues
Photo News

Le syndicat SLFP a activé son préavis de grève pour les agents de Bruxelles-Propreté qui souhaiteraient mener des actions jeudi, a indiqué mercredi Michel Piersoul, porte-parole pour le SLFP.

Des protestations avaient commencé à se faire entendre le mardi 19 novembre, après que la direction eut annoncé son intention d’adapter le « fini-fini », un système selon lequel le personnel présent est libéré dès que les deux tiers des camions d’un secteur sont rentrés au dépôt. Il était question d’augmenter ce seuil à 90 % afin de limiter la précipitation et de s’assurer du respect des règles de sécurité.

En signe de protestation, les travailleurs chargés du porte-à-porte s’étaient mis à respecter à la lettre les consignes de sécurité, avec pour conséquence que de nombreuses tournées étaient inachevées et que des opérations de rattrapage devaient être organisées dans l’après-midi. Bien que la direction soit revenue sur sa décision concernant le « fini-fini », des travailleurs ont continué à travailler à un rythme moins soutenu pour protester contre l’augmentation de la charge du travail et l’allongement des tournées depuis l’entrée en vigueur de la réforme des collectes de 2017.

Le rattrapage a également suscité quelques remous. Les syndicats ont obtenu qu’il soit réalisé uniquement sur base volontaire. Michel Piersoul remarque que certains ingénieurs ont cependant forcé des balayeurs à faire du rattrapage sous peine de mesures disciplinaires. « Un contractuel vient de recevoir un avertissement et plusieurs statutaires sont passés en procédure disciplinaire. Cela fait une semaine qu’on demande que ces sanctions soient supprimées, mais on n’obtient aucune réponse. C’est pourquoi on active aujourd’hui notre préavis qui prendra effet à minuit. Il faut s’attendre à une solidarité entre les agents du porte-à-porte et les balayeurs. »

Des perturbations sont en conséquence à redouter dans la collecte des sacs en porte-à-porte et au niveau du balayage en rue ce jeudi.

Sur le même sujet
GrèveSLFP
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grippe espagnole ravage tous les pays d’Europe, dont la Suède.

    Avant le coronavirus, les épidémies ont traversé la Belgique depuis toujours

  2. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  3. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite