Des ministres français réagissent à la nomination de «J’accuse» de Polanski aux Césars

Des ministres français réagissent à la nomination de «J’accuse» de Polanski aux Césars
AFP

La polémique repart sur Roman Polanski, alors que son film « J’accuse », dont la sortie a été perturbée par une nouvelle accusation de viol contre le réalisateur, mène les nominations pour les César annoncées mercredi.

L’Académie des César est « libre de ses choix et de son mode de fonctionnement », a affirmé mercredi dans un communiqué le ministre de la Culture Franck Riester alors que le film du réalisateur Roman Polanski, visé depuis novembre par une nouvelle accusation de viol, est en tête des nominations pour la cérémonie du 28 février.

« Il ne me revient pas d’intervenir dans sa procédure de nomination, ni de définir les conditions d’éligibilité des films », a poursuivi le ministre tout en rappelant son engagement contre les violences sexistes et sexuelles. « Un artiste est un justiciable comme les autres », a-t-il souligné dans son communiqué.

Schiappa dénonce

La secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, a estimé mercredi sur RTL que « le monde du cinéma français n’avait pas terminé sa révolution » en matière de violences sexistes et sexuelles réagissant au fait que le dernier film de Roman Polanski soit en tête des nominations aux César.

« Je m’interroge sur le message qui est envoyé, manifestement le monde du cinéma français n’a pas terminé sa révolution en ce qui concerne les violences sexistes et sexuelles », a-t-elle lancé.

« Il y a deux ans encore, j’étais à la cérémonie des César et elle était placée sous l’égide de #Metoo avec une célébration de la valorisation des femmes, de leur parole, de leur liberté dans le monde du cinéma, quel est là le message que l’Académie des César souhaite envoyer aux femmes ? », a-t-elle insisté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous