Accueil L’archive

25 février 2008 : «Des Oscars en rose et noir»

La violence des frères Coen, la romance de Piaf- Cotillard. Paul Thomas Anderson injustement snobé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Cela devient tout doucement une habitude. L’an passé, l’Académie des Oscars remettait sa récompense suprême à Martin Scorsese, pour un cru solide (Les infiltrés) mais très en deçà des antérieurs Taxi driver, Raging Bull et autres Affranchis. Ceci dit, personne, à l’époque, n’avait pensé un seul instant à bouder son plaisir tant Marty avait mille fois mérité cet Oscar, ne fût-ce que pour l’ensemble de son œuvre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en L’archive

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs