C’est officiel: la banque NewB verra le jour cet été

C’était dans l’air après une récolte de fonds record réalisée à la fin de l’année dernière et l’accord de la Banque Nationale de Belgique la semaine passée : le superviseur bancaire européen a dit, à son tour, « oui » à la création de la banque New B.

La coopérative lancée en 2011 deviendra donc la première banque 100 % belge et partie de rien, créée depuis Argenta, il y a 65 ans. Mais également le premier établissement dont les fonds propres nécessaires au démarrage d’une telle activité ont été financés principalement par des citoyens.

New B, qui promet d’être durable et transparente, a, entre le 25 octobre et 4 décembre derniers, récolté 35 millions d’euros et 75.000 coopérateurs.

Dans un grand entretien accordé au « Soir », Tom Olinger, CEO et Bernard Bayot, président, en disent plus sur le fonctionnement du futur établissement. « Nous ne préférons pas arrêter une date précise car certains chantiers ne pouvaient vraiment être lancés qu’après l’obtention de la licence bancaire. Mais les premiers comptes New B devraient très probablement être opérationnels cet été », nous expliquent-ils.

« Nous ne serons pas une banque de niche »

Via son « business plan », New B a présenté certains chiffres jugés, parfois trop ambitieux (178.000 coopérateurs d’ici à 2024), parfois pas assez (la banque ne fournira que des services bancaires « classiques » aux marges bénéficiaires, par définition, réduites) par le secteur.

Certains tarifs facturés à la clientèle sont également estimés trop élevés (les retraits en cash seront facturés, au prix coûtant, à 0,75 euro l’unité, par exemple) pour l’emporter sur la concurrence.

« Ce plan a été conçu il y a deux ans. Il est très conservateur. Nos hypothèses n’intègrent pas tous les éléments nouveaux : nous avons aujourd’hui 116.000 coopérateurs avant le lancement de la banque, c’est bien plus que prévu », estime Bernard Bayot.

« Nous avons des possibilités pour faire évoluer nos grilles tarifaires sans mettre en péril notre future rentabilité. Nous allons le décider avec nos coopérateurs que nous sonderons très prochainement sur le sujet », précise encore Tom Olinger.

New B, qui débutera modestement – elle vise dans son plan de départ une part de marché entre 1 et 2 % à la fin 2024 –, n’a pas l’ambition d’être une énième banque de niche. « Nous sommes la banque de tout le monde. Au meilleur rapport qualité prix du secteur. New B ne sera pas plus chère que qu’autres, elle sera tout simplement plus transparente, il n’y aura pas de frais cachés, pas de complexité. Nos coopérateurs auront par ailleurs une vue complète sur nos investissements. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite