Accueil Opinions Éditos

Négociations fédérales: Koen Geens ou la position du missionnaire

L’homme que beaucoup voient comme un Premier ministre depuis des mois doit désormais prendre toutes initiatives pour former un gouvernement

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Un homme, une mission et une obligation de résultat. Enfin !, on pourrait voir le bout du tunnel.

Un gouvernement ou des élections, le parti ou le pays : c’est à Koen Geens qu’il revient désormais de trancher ce dilemme qui met la Belgique en jeu depuis des mois.

Vendredi en début de soirée, à la surprise générale – même celle des principaux concernés –, Koen Geens n’a pas été désigné « quelque chose » – informateur, préformateur, formateur –, mais chargé d’une mission précise.

L’homme que beaucoup voient – et qui se voit – comme un Premier ministre depuis des mois, l’homme qui est un des rares au CD&V à pouvoir engager son parti dans une coalition, fût-ce sans la N-VA, doit désormais prendre toutes initiatives pour former un gouvernement. Dans les plus brefs délais.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par stals jean, dimanche 2 février 2020, 17:10

    Quelle coup de maitre(sse) ce titre,...Pas mal vu Madame Delvaux, Koen Geens en effet prend bien souvent à la Chambre la posture du missionnaire pur jus. Et contrairement à l'autre "gugus" du CD&V qui a fait moult allées et venues au palais de Laeken avec son éternel plaid, du plus bel, effet en guise de veston, ce très catholique flamand épris de justice, parfois bien relative, ne serait probablement pas peu fier de passer de la position du missionnaire à celle de Pape...

  • Posté par Bricourt Noela, samedi 1 février 2020, 19:57

    C'est Monsieur Geens qui estime que le Pouvoir Judiciaire est une "entreprise" comme les autres. Les bras m'en tombent encore. C'est fou. Mais ce sont ses convictions.

  • Posté par Debrabander Jean, samedi 1 février 2020, 17:08

    De nouvelles élections seraient injurieuses pour le citoyen : ce serait lui dire "tu as mal voté en mai 2019, tu dois revoir ta copie". Qui sont-ils pour se moquer ainsi du bon peuple ?

  • Posté par ADAM Jean-Victor, samedi 1 février 2020, 14:55

    « La position du missionnaire ». C’est un peu osé quand même ! Faudra lui demander si c’est sa position fétiche

  • Posté par Neuberg Michel, samedi 1 février 2020, 11:41

    Un titre de toute beauté. Est-ce voulu ? Voici la définition trouvée sur "Doctissimo" : La "position du missionnaire" est la plus pratiquée dans notre civilisation. Cela lui vaut une réputation de position banale, routinière. Mais elle reste, pour de nombreux couples, rassurante, et procurant des sensations vives. Elle sert de mise en route pour l'excitation ou au contraire de position finale pour s'abandonner à la jouissance. En fin de parcours, aura t'on la jouissance tant espérée ?

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs