Sofia Kenin remporte son premier Open d’Australie: un énorme rêve devenu réalité ! (vidéos)

Une amortie dès le 2e point joué, la petite Sofia Kenin (1,70m) avait bien établi un schéma de jeu pour faire courir le plus possible la grande Garbine Muguruza (1,82 m). Surtout, elle démontrait que pour sa toute première grande finale (la 4e pour l’Espagnole), elle n’allait pas se faire piéger par l’importance de l’événement. Et curieusement ou pas d’ailleurs (car les attentes et la pression étaient bien sur les épaules de la favorite), c’est Muguruza qui montrait quelques signes de nervosité durant l’entame de cette finale. Mais l’ancienne n°1 a cette puissante en coup droit et au service que la Floridienne, surtout joueuse de contre, n’a pas.

Muguruza avait la clé en début de finale

Comme Melbourne avait échangé sa touffeur de la veille pour une journée bien pluvieuse, le toit était de rigueur sur la Rod Laver Arena. Et donc, c’est bien l’Espagnole qui avait la clé de ce début de finale dans sa raquette. Elle aurait pu remporter le premier set bien plus rapidement (elle a eu 3 balles de 5-2) si elle avait été plus efficace et n’avait pas commis… 3 doubles-fautes d’affilée pour laisser l’Américaine revenir à 4-4, un peu miraculeusement. Mais Muguruza finissait pas enfoncer le clou pour mener 6-4 après 52 minutes.

Sofia Kenin, qui semble avoir mangé de la vache enragée à chacun de ses matches, réagissait d’emblée sur le court. Vocalement, des « come on » bien lâchés réveillait toute sa détermination. Elle parvenait ainsi à s’envoler à 4-1, puis 5-2 et 6-2, en 1h25 et un set partout, pour le plus grand bonheur du public de la Rod Laver Arena qui en demandait encore. Il avait bien droit au combat espéré entre l’insouciance de la novice et la puissance de l’expérimentée.

Un 3e set d’une rare violence

Mais on n’avait pas encore tout vu car le 3e set allait être d’une rare violence, surtout dans la foi de cette diablesse de Kenin, bien décidée à renverser la montagne Muguruza. L’Espagnole pensait avoir dompté l’Américaine lorsqu’elle mena 2-2, 0-40. Elle ne fit que réveiller la « bête ». La Floridienne dans un terrible sursaut d’orgueil reversait totalement la situation pour rapidement mener 5-2 dans cette manche décisive, et l’incroyable allait arriver. Muguruza, qui l’aurait cru, se décomposait totalement avec trois nouvelles doubles-fautes (8 au total !) dont une dernière qui offrait un incroyable premier sacre à Sofia Kenin, encore inconnue en mars 2018, alors qu’elle ne figurait pas encore dans le top 100 mondial. Ce lundi, elle sera 7e mondiale à 21 ans, avec un 4e titre en poche, mais pas n’importe lequel (elle n’avait disputé qu’un huitième de finale en Grand Chelem jusque-là), et aussi un premier énorme chèque de 2,5 millions d’euros.

Bourrée de détermination

Après Noami Osaka à l’US Open 2018 et à l’Open d’Australie 2019, Ash Barty à Roland-Garros 2019 et Bianca Andreescu à l’US Open 2019, le tennis féminin voit naître une nouvelle jeune fille, bourrée de détermination, qui a transformé son rêve en réalité ! Il lui faudra sans doute encore quelques heures pour totalement réaliser ce qu’elle vient de réussir dans cette Open d’Australie 2020, à nouveau complètement surprenant du côté féminin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Ancien 18
e
 mondial, il est entré en fonction en janvier 2020.

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Coronavirus: Andrea Gaudenzi, le patron de l’ATP, croit toujours en 2020

  • belga

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Tennis: «Atton and Price», le fonds de solidarité dont ne veulent pas les instances mondiales

  • Elle s’entretient en faisant du fitness chez elle ou en roulant à vélo.

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    Tennis

    Kirsten Flipkens: «Je ne veux pas finir ma carrière comme ça»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous