Accueil Économie Entreprises

Le F-35 compte des centaines de manquements, selon la Défense

Ces problèmes concernent notamment la cybersécurité et les logiciels.

Temps de lecture: 1 min

Le F-35, l’avion de combat qui doit succéder au F16 au sein de l’armée belge, compte encore des centaines de manquements dont 13 jugés critiques, selon le dernier rapport des tests opérationnels et des évaluations menées par le ministère américain de la Défense. Le rapport est évoqué samedi dans De Standaard.

À lire aussi F-35: l’industrie belge modère ses attentes pour éviter les déceptions

Ces problèmes concernent notamment la cybersécurité et les logiciels. L’installation d’un nouvel ensemble de logiciels a entraîné des conséquences imprévues sur d’autres aspects. Certains défauts concernent aussi l’armement et notamment le canon 25mm.

Le colonel Harry Van Pee, en charge du programme de remplacement des F16, ne se fait toutefois pas beaucoup de soucis. «Nos F-16 ont en ce moment encore toujours plus de 1.000 manquements. Pour un appareil complexe comme le nouveau F35, 800, ça va encore. Et puis, c’est bien que de nouvelles choses soient continuellement recherchées et trouvées», a-t-il commenté au De Standaard.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 1 février 2020, 13:49

    Le F-35 n'est pas un mauvais choix en soi par rapport à ce qui était proposé. Perso, j'aurais préféré le SAAB, mais il s'est lui-même exclu. L'Eurofighter et le Rafale ne sont pas de mauvais appareils, mais ils ont été conçus dans les 80. Il n'est pas anormal qu'un avion de conception aussi récente ait encore des problèmes, mais le véritable problème, c'est que nous avons acheté ces appareils à Donald Trump qui, suite à son acquitemment, est le Président d'une République qu'on peut maintenant qualifier de "bananière". Il a, en effet, désormais les pleins pouvoirs que le congrès ne peut plus lui contester, et ne veut plus, en ce qui concerne les Républicains. Entre autres, il a maintenant les mains libres pour (ab)user de tout le pouvoir que son bureau oval lui confère pour organiser sa propre réelection, y compris celui de demander à une nation étrangère de bien vouloir l'aider dans ce projet en révélants des crasses sur ses adversaires potentiels démocrates, dont Joe Biden. Pour ce qui est du F-35, il eu largement mieux valu attendre que Trump ne soit plus Président des E.U. avant de prendre cette décision.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière