Roberto Martinez: «Un match amical face à la France ne serait pas vraiment amical»

Photonews
Photonews

Roberto Martinez était l’invité exceptionnel ce dimanche de l’émission Téléfoot diffusée sur TF1. Le sélectionneur des Diables rouges est évidemment revenu sur la demi-finale perdue face à la France lors de la Coupe du monde 2018, mais également sur un potentiel match amical entre les deux nations.

Ces derniers mois, en préparation de l’Euro 2020, la possibilité d’un match préparatoire face à la France avait été évoquée. Mais ce ne sera finalement pas le cas. « On sentait bien que ce ne serait pas un vrai match amical pour les deux équipes », a commenté Martinez. « Le match n’aurait bénéficié à personne. De plus, pour le moment, nous avons seulement trois matches garantis à l’Euro, donc nous devons nous préparer pour affronter ces adversaires-là. »

Le tacticien des Diables a longuement évoqué sur la demi-finale France-Belgique de la Coupe du monde 2018. « Forcément, on n’est jamais préparé à perdre une demi-finale. Mais cette expérience, on en avait besoin pour apprendre. On ne peut pas dire qu’on a mal joué, donc il n’y a pas de regrets à avoir sur ce point. Nous avons fait tout ce que nous pouvions et tout ce que nous voulions. En tant que coach, on essaie toujours de refaire le match. En Russie, nous avons gagné six matches et nous avons très bien joué. Nous étions contents de ce tournoi. Cette demi-finale, nous savions très bien que celui qui marquerait en premier prendrait l’avantage. Et ça a tourné en faveur de la France. Est-ce que j’ai le seum ? Il ne faut jamais accepter une défaite, car on joue pour gagner et rien d’autre. Il y a deux façons de jouer : affronter le Brésil et affronter une autre équipe. Après le quart, on était peut-être un peu fatigué mentalement, mais ce n’est pas une excuse. »

De Bruyne, « le meilleur au monde à son poste »

L’objectif est désormais tourné sur l’Euro 2020 qui va débuter en juin prochain. Et la pression est forcément présente sur les épaules des Diables, numéro 1 au classement mondial. « On aime la pression », affirme Martinez. « Mais on ne peut contrôler que ce qu’on a. La barre est haute et l’équipe a grandi. Aujourd’hui, on peut jouer comme on veut, car on ne dépend pas d’un seul joueur. Oui, on va évidemment essayer de gagner. »

Lors de l’exercice du « oui ou non », l’Espagnol a été invité à répondre à une question posée par Thorgan Hazard. Le joueur du Borussia Dortmund voulait savoir si son entraîneur comptait prolonger, s’attendant à des rires de la part de Martinez. Le sélectionneur a entamé une courte phrase en anglais qui semblait à l’attention d’Hazard avant de dire oui. Vu le contexte, difficile d’affirmer la réalité de la situation.

Interrogé rapidement sur d’autres sujets, Martinez a notamment : laissé la porte ouverte à un retour de Marouane Fellaini, montré aucune inquiétude à l’égard de l’état de forme d’Eden Hazard, estimé que Kevin De Bruyne est le meilleur au monde à son poste et qu’il méritait un Ballon d’Or et enfin, qu’il aurait bien voulu garder Thierry Henry dans son staff un peu plus longtemps.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite