Roberto Martinez va-t-il prolonger chez les Diables rouges? Il dit «oui» à Téléfoot mais… (vidéo)

Photonews
Photonews

C’est un sujet récurrent dernièrement autour des Diables rouges : Roberto Martinez prolongera-t-il en tant que sélectionneur national à l’issue de l’Euro 2020 ? Ce dimanche, sur le plateau de l’émission Téléfoot diffusée sur TF1, le principal intéressé a lui-même répondu à cette question : « Oui ». Une réponse qui semble claire, mais qui en réalité ne l’est pas tellement.

En effet, cette question, posée par Thorgan Hazard, est tombée lors d’un exercice de « oui ou non », qui appelle donc à une réponse simple. Vu le contexte et les interpellations en français, on reste en droit de se demander si Martinez répond bien à cette question étant donné qu’il semblait, avant de lancer son « oui », vouloir expliquer quelque chose. De plus, les négociations sont toujours en cours et son affirmation peut simplement indiquer que c’est une possibilité.

Roberto Martinez, derrière ses allures de gentleman, est bien conscient qu’il possède des arguments de poids dans ces négociations justement.

Primo, trouver un profil comme le sien s’annonce très compliqué. Coacher et gérer des joueurs en provenance de formations aussi huppées que le Real Madrid, le PSG, Manchester City, l’Inter ou encore Liverpool n’est pas donné à n’importe qui et cela a une valeur.

Secundo, Roberto Martinez bénéficie de l’appui des Diables et est apprécié par l’ensemble du personnel à l’Union belge. Bien plus que son prédécesseur qui s’est en partie mis hors-jeu en voulant obtenir les plein pouvoirs.

En engageant Roberto Martinez, la RBFA voulait absolument éviter que cela se reproduise… et pourtant force est de constater que l’ex-T1 d’Everton détient toutes les clés sur le plan sportif ! Il est seul à bord en ce début d’année 2020 ! Depuis la Coupe du Monde, il n’a plus un T2 de l’envergure d’un Thierry Henry ou Graeme Jones. Il cumule, jusqu’à ce jour, son poste de sélectionneur avec celui de directeur technique. Et depuis peu, c’est le coach des Espoirs, Johan Walem, qui a pris la poudre d’escampette.

Dans l’organigramme à mettre en place dans les prochaines semaines, tous les dossiers sont étroitement liés. Et Martinez apparaît de plus en plus incontournable…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite