Accueil Société

Le juteux marché du travail pénitentiaire

Une entreprise qui sous-traitait de la main-d’œuvre carcérale poursuit l’État belge en justice. Elle accuse l’administration pénitentiaire de l’avoir contournée pour démarcher ses propres clients. Une affaire qui souligne les enjeux économiques du travail en prison.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Près de la moitié des dix mille détenus en Belgique exercent des tâches professionnelles en prison. Parmi eux, 1.700 constituent la main-d’œuvre peu qualifiée, et à des prix défiant toute concurrence, d’entreprises privées. Ce « business » du travail pénitentiaire a donné lieu, ces dernières années, à une bataille juridique entre la Régie du travail pénitentiaire (service public autonome chargé de la mise au travail des détenus), l’État belge et l’entreprise Prisonworks. Le 29 novembre dernier, la Cour de Cassation a donné raison à cette dernière, rejetant le pourvoi introduit par l’État.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs