Accueil Médias

Le plan du CSA contre les propos haineux sur Facebook

Le régulateur propose d’obliger les réseaux sociaux à supprimer les contenus illicites dans les 24 heures. « Il y a urgence », plaide Karim Ibourki, son président.

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 4 min

Ce n’est pas un pavé dans la mare », nous confie d’emblée Karim Ibourki, président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), l’instance de régulation du secteur en Belgique francophone. « Mais c’est le rôle du CSA d’ouvrir le débat, de nourrir la réflexion et d’être force de proposition, sans attendre qu’une directive européenne ne voit le jour ». Que justifierait donc un tel niveau d’urgence ? Réponse : la lutte contre les contenus illicites sur les réseaux sociaux. Le sujet déchire en ce moment même l’Assemblée nationale en France, après l’Italie, l’Irlande ou encore l’Allemagne, où un cadre juridique contraignant a été mis en place pour les plateformes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Joris Joseph, mercredi 5 février 2020, 23:43

    Que ce Mr Karim Ibourki commence par mettre de l'ordre dans les pays arabes dont il n'est qu'une émanation avant de vouloir jouer au gendarme dans nos démocraties ! Que je sache, là-bas, il y a autant de racisme et xénophobie vis à vis des occidentaux que sur nos réseaux sociaux... Qu'il soit heureux d'être libre de s'exprimer dans un pays occidental; il devrait plutôt mettre de l'ordre en Russie et en Chine !

  • Posté par Surmont Willy, mercredi 5 février 2020, 22:57

    Dans l'inventaire cité dans cet article, je relève cette parenthèse: (incitation à la haine, apologie du terrorisme, propos racistes, homophobes, négationnistes…). Il serait intéressant de relever les tweets de BDW qui ne sont pas piqués des vers en matière de propos très limites et où son ironie grinçante, essentiellement orientèe contre les francophones rappelle ses prises de position insultantes et grossières pratiquées à ses débuts et manquant d'objectivité dans le seul but de nourrir une frange de flamands radicalisés! Comme quoi le mauvais exemple vient très souvent d'en haut!

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs