Les Belgian Cats face au Canada jeudi: «un rêve d’être ici mais il faut finir le travail"

Emma Meesseman à l’entraînement avec les Belgian Cats
Emma Meesseman à l’entraînement avec les Belgian Cats - Photo News

Les Belgian Cats abordent face au Canada le premier de leurs trois matches du tournoi de qualification olympique de basket féminin, jeudi (20h35) à Ostende, qui doit les conduire aux Jeux Olympiques de Tokyo cet été. «Nous vivons un rêve depuis trois ans, c’en est un d’être ici, mais pour l’instant ce n’est qu’un rêve, il faut finir le travail», a commenté Philip Mestagh, le sélectionneur belge mercredi à la Côte.

Il faudra finir parmi les deux premiers de la poule de quatre, ou dans les trois premiers si le Japon y est aussi, pour se qualifier pour les JO. Les Japonaises, en effet déjà qualifiées, disputent tout de même ce tournoi. La Suède est le 4e larron de ce groupe très relevé.

«Nous sommes prêts», a ajouté Philip Mestdagh en poste chez les Belgian Cats depuis 2015 et qui aura mené ses troupes en phase finale de l’Euro 2017 à Prague - une première depuis dix ans pour le basket féminin belge - avec de suite une médaille de bronze, à la 4e place du championnat du monde en 2018 et une 5e place à l’Euro en Serbie l’an dernier, synonyme de qualification pour ce tournoi pré-olympique. Dernière marche vers l’objectif olympique.

«L’évolution a été constante et impressionnante chez les joueuses, en tant qu’individu, mais aussi, et peut-être surtout, en tant qu’équipe», a analysé le sélectionneur national. «C’est un rêve de pouvoir tenter de décrocher ce ticket pour les JO chez nous en Belgique devant notre public. Mais pour l’instant, ce n’est qu’un rêve, car il faut finir le travail. C’est un groupe très difficile pour au moins deux raisons. Le Japon est déjà qualifié et cela veut dire qu’il ne reste que deux places à prendre, en espérant aussi que les Japonaises vont jouer le jeu avec tout le monde. Et ensuite, nous avons tiré la meilleure équipe du quatrième chapeau lors du tirage au sort, la Suède. Il faudra battre le Canada ou la Suède et de préférence les deux.»

Les Belgian Cats sont guidées par Emma Meesseman et Kim Mestdagh, championnes WNBA avec Washington Mystis cet été, par Julie Allemand, la meneuse de LDLC Lyon ASVEL, Antonia Delaere (Nantes), Kyara Linskens (Krasnoyarsk) ou Jana Raman (Valence), autant de joueuses ayant réussi un très bon début de saison dans des championnats relevés. «Cela donne de la confiance pour chaque joueuse, mais cela donne de la confiance aussi pour l’ensemble du groupe.»

Ann Wauters, 39 ans, est toujours là aussi pour «une dernière danse».

Le premier adversaire est le Canada, jeudi, 4e nation au monde, habituée des JO avec deux dernières participations en 2012 (8e) et 2016 (7e). «C’est une équipe individuellement très forte avec des joueuses de WNBA, qui se connaissent bien car elles jouent ensemble depuis longtemps aussi en équipe nationale. C’est notre collectif qui va devoir faire la différence», a ajouté encore Philip Mestdagh.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10857235-073

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: dans le flou, les Lions vont tenter le coup

  • Gilmore-VanVliet

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: les Lions se ressourcent dans les Colleges

  • Belga/Photo News

    Par Stéphane Druart

    Basket

    Basket: Montpellier a pris l’accent liégeois

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous