La Bulgarie modifie sa législation pour s'acheminer vers l'euro

Selon un amendement à la loi sur la banque centrale, le taux de la devise bulgare, le lev, sera décidé avec les pays membres de la zone euro et la BCE. Il était jusqu'alors fixé par la Banque centrale sur instruction du parlement et maintenu inchangé depuis 1999.

"Ce texte incontournable lève le dernier obstacle formel à l'entrée espérée fin avril dans 'l'antichambre' de l'euro", a déclaré l'économiste Petar Ganev de l'Institut d'économie du marché à Sofia.

Membre le plus pauvre de l'UE, la Bulgarie a maintenu sa devise, le lev, adossée à l'euro depuis 1999, à un cours fixe. Le mécanisme de taux de change ERM II, dit "l'antichambre de l'euro", prévoit que la monnaie d'un pays candidat puisse fluctuer dans une fourchette de plus ou moins 15%.

La Bulgarie devra rester au sein de ce mécanisme au moins deux ans avant d'adopter l'euro, possiblement en 2023.

Des interprétations contradictoires du nouveau texte législatif ont alimenté ces derniers jours des rumeurs et des messages de panique sur les réseaux sociaux, en lien avec une éventuelle fluctuation du lev.

Les Bulgares restent marqués par le souvenir d'une grave crise économique en 1996-97 accompagnée de la faillite de 14 banques et d'une hyperinflation dépassant 300%.

La Bulgarie a alors établi, sous la pression du FMI, un mécanisme d'austérité -le directoire financier (currency board)- introduisant un cours fixe qui a stoppé l'inflation et maintient une dette publique parmi les plus basses de l'UE (19,9% du PIB à la fin 2019). Même la faillite, en 2015, de la quatrième banque du pays n'a pas ébranlé ce cours fixe, ni le système bancaire.

La banque centrale bulgare a informé la BCE que le directoire financier (currency board) sera maintenu jusqu'à l'adoption de l'euro.

Afin de rassurer, les partis parlementaires ont adopté dès jeudi dernier une résolution stipulant que le taux de change au sein du mécanisme ERM II demeurera au taux actuel, soit 1,95583 lev pour un euro.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite