Accueil Société

Ecoles: pénurie et absentéisme des profs donnent des allures de gruyère aux horaires des élèves

Pénurie et absentéisme des profs produisent un cocktail difficile à avaler. Les cours non donnés se multiplient dans les grilles horaires des élèves. La Fapeo a mené l’enquête.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 4 min

Une scolarité à trous… L’expression, quoique savoureuse, évoque les horaires de cours perturbés par l’absence de professeurs. Elle fait bien entendu écho à la pénurie d’enseignants dans une série de matières phares. Echo aussi à l’absentéisme récurrent dans le secteur. La Fapeo (la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel) ne porte pas de jugement. « On ne jette pas la pierre aux enseignants, ils ont comme tout le monde le droit d’être malade », appuie Véronique de Thier, responsable politique de la Fapeo. « On s’intéresse aux conséquences de ce double phénomène – pénurie et absentéisme – sur l’organisation scolaire. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par DELHAYE Jean-Luc, vendredi 12 juin 2020, 22:15

    Personne n'oser parler de profs fainéants et carotteurs. Il y en a.

  • Posté par Preudhomme Eric, vendredi 7 février 2020, 14:30

    Beaucoup d'élève ont eut la politique du gruyère et ont quand même fait leur trou dans le monde du travail.

  • Posté par Debaix Marie-jeanne , vendredi 7 février 2020, 11:12

    On parle de pénurie depuis une quinzaine d'années et on n'a pas encore pris la mesure de cette pénurie ? De qui se moque-t-on ? Il est vrai que le "pacte d'excellence" (sic) a mobilisé toutes les énergies. Est-il prévu de pouvoir l'appliquer sans professeur(s) ?

  • Posté par Wachtelaer Claude, vendredi 7 février 2020, 8:36

    Pour solution aux problèmes que crée la pénurie, Mme de Thier sort (au nom de sa définition de l'intérêt général) LA solution idéale : restreindre encore un peu la liberté des PO et des enseignants en limitant toujours plus le droit de choisir où et avec qui travailler. C'est à désespérer du bon sens. Mme de Thier devrait savoir que quand un métier est en pénurie, la solution pour recruter c'est d'augmenter l'attractivité de la profession, pas de de faire le contraire, même avec l'alibi de l'intérêt collectif.

  • Posté par Vigneron Gérard, vendredi 7 février 2020, 8:20

    Situation bien grave et qui demande des explications et des correctifs au + vite! Je n' ai pas souvenir que pour mon fils ( qui a 40 ans) la situation ds les années 80- 90 était comme celle révélée par l' article.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs