Accueil Monde Europe

Allemagne: la poignée de main qui a ébranlé le paysage politique

L’élection d’un ministre-président en Thuringe grâce au soutien d’une extrême droite néonazie et du parti conservateur est un désaveu cinglant pour la présidente de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, prétendante à la chancellerie. Face à la pression, l’élu a démissionné ce jeudi.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

L’ombre de la République de Weimar plane sur l’Allemagne. « Je n’aime pas faire de comparaison avec le passé. Mais là, il y a un parallèle évident avec la montée du nazisme », déplore Markus Linden, politologue à l’université de Trèves.

L’élection ce mercredi d’un ministre-président libéral en Thuringe avec le soutien du parti d’extrême droite AfD (Alternative pour l’Allemagne) mais aussi du Parti chrétien-démocrate (CDU), celui d’Angela Merkel, a créé une onde de choc en Allemagne. En effet, comme en 1930, les libéraux et les conservateurs ont accepté de tendre la main à l’extrême droite dans le seul but de rester au pouvoir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Meersman Olivier, jeudi 13 février 2020, 12:38

    « Nous – les Allemands – sommes le seul peuple au monde à avoir planté au milieu de la capitale un mémorial de la honte » C'est sur qu'en Turquie on n''est pas près d'en voir un...

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 6 février 2020, 21:22

    Cela dit, chapeau à Mme Merkel. Elle a su prendre ses responsabilités en condamnant sans appel cette alliance de la honte. Il appartient à la CDU de se distancer radicalement de l'extrême droite. Elle a su se montrer accueillante avec les réfugiés en 2015. Il lui appartient à elle et à ceux surtout qui vont lui succéder d'arrêter MAINTENANT de se vautrer dans la fausse facilité de désigner les immigrés à la vindicte populaire. Wir Schaffen das disait-elle. On l'espère bien!

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 6 février 2020, 21:17

    Marine Buisson a parfaitement raison. Nous assistons à la faillite lamentable d'une droite qui faute de pouvoir défendre l'indéfendable (accentuer encore davantage les ravages de la mondialisation débridée) s'est vautrée dans la rhétorique blafarde de l'extrême droite. De l'UMP à la CDU en passant par la NVA. La même paresse, la même facilité électorale, et au final l'échec, la boue, le retour sinistre et glaçant de l'extrême droite. Il appartient à ces partis, à ces mouvements de faire leur examen de conscience. Il en va de même avec le CD&V qui continue à penser se faire une place à l'ombre de la NVA qui elle se fait bouffer par le VB. Ici l'immigré, là le Wallon. Toujours la même technique sans lendemains autres que le triomphe du fascisme, désigner un bouc émissaire pour éviter de prendre ses responsabilités.

  • Posté par Meersman Olivier, jeudi 13 février 2020, 12:38

    Sauf que la NV-A c'est un parti de Centre Droite...

  • Posté par Stroobants Nathalie, jeudi 6 février 2020, 22:53

    Congrats ! Vous résumez parfaitement la situation au nord du pays.

Aussi en Europe

En Pologne, le «piège grossier» de la suppression de la chambre disciplinaire

La Pologne veut supprimer la chambre disciplinaire de la cour suprême, dans l’espoir de débloquer les fonds de relance européens. Un changement de façade, selon les défenseurs de l’Etat de droit, qui redoutent que la Commission européenne ne décide de lâcher du lest face aux dérives antidémocratiques de Varsovie.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs