Accueil Belgique Politique

Budget en déficit de 12,4 milliards: le Bureau du Plan tire la sonnette d’alarme

Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Philippe Donnay, commissaire au Plan, appelle à « la mise en place rapide d’un gouvernement fédéral et à la définition, avec les Communautés et Régions, d’un véritable projet pour le pays ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Le Bureau fédéral du Plan a dévoilé ce jeudi son « budget économique » – comprenez : ses prévisions macroéconomiques, sur la base desquelles les gouvernements, quand ils sont de plein exercice, réalisent leur contrôle budgétaire. Le Plan a de bonnes nouvelles, s’agissant de la croissance, qui résiste, malgré le ralentissement mondial ; et de beaucoup moins bonnes s’agissant des finances publiques.

D’habitude, le budget économique est publié brut de décoffrage. Cette année, alors que le gouvernement fédéral est en affaires courantes depuis bientôt 14 mois, le commissaire au Plan a décidé de sonner l’alarme, appelant à la mise en place rapide d’un gouvernement fédéral et à la définition, avec les Communautés et Régions, d’un véritable projet pour le pays.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Di Tullio Emmanuel, vendredi 7 février 2020, 12:29

    Désolé, mais je ne pense pas que les voitures de sociétés génèrent des dépenses pour l'état, mais génère des recette (tva, accises, impôt sur l'atn, cotisation onss...) En quoi une voiture génère des dépenses pour l'état ? Ca m'intéresserait de le savoir. Ensuite, nous sommes d'accord que si l'équivalent du coût d'une voiture était donné en net à l'employé, là l'état aurait des recettes en plus (impôt, onss...). Mais pensez-vous vraiment que les entreprises qui "donnent" des voitures de sociétés vont remplacer cela par du net aux employés ? Vous savez très bien qu'une voiture dont le coût société est de +/- 700 euro, s'il doit être donné en net à l'employé, cela coûtera à l'employeur de +/- 1.750,00 euro. Aucun employeur n'acceptera jamais cela, et aucun employé non plus. Enfin, pas certain que le parc de voitures de société, si la formule devait disparaître, ne serait remplacer par un parc de voitures privées. Donc supprimer cet avantage est une ineptie.

  • Posté par Di Tullio Emmanuel, vendredi 7 février 2020, 12:31

    Sorry. Ce texte devait aller en réponse à un post sur le sujet et pas en commentaire général de l'article

  • Posté par Delpierre Bernard, vendredi 7 février 2020, 10:40

    Le rapport du bureau du plan est un condensé des manquements des gouvernements successifs ( en matière de politique énergétique), en matière d'avantages fiscaux ( voitures de société, revenus immobiliers, etc..) et d'insuffisance de rendement du taux shift. Et, malgré des intérêts quasi nuls sur la dette, aucun projet d'investissement majeur dans l'énergie non fossile ( donc aussi le nucleaire n'en déplaise aux verts fanatiques), et dans l'agrandissement et/ou la modernisation des voies fluviales et ferroviaires...

  • Posté par Di Tullio Emmanuel, vendredi 7 février 2020, 9:08

    Ben s'il n'y avait pas déjà de bonnes raison d'encore taxer la population, en voilà maintenant une toute faite.

  • Posté par Tamo Guillaume, vendredi 7 février 2020, 8:47

    Comment expliquer une diminution des recettes fiscales et parafiscales alors que l'emploi augmente ? Il serait sans doute utile d'avoir une réponse circonstanciée à cette question afin de pouvoir déterminer en toute objectivité les politiques susceptibles de remédier à cette bizarrerie.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs